Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 11:37

En découvrant les visages des otages français mercredi à Villacoublay, chacun pouvait mesurer leur joie après trois années de captivité vécues dans des conditions extrêmes. Le retour à la vie de ces hommes mériterait de rester la seule information à retenir de cette journée. Sauf que certains et au plus haut de la hiérarchie de l’Etat tentent de nous mener en bateau, de nous faire croire n’importe quoi, bref de nous prendre pour des billes en affirmant : il n’y a pas eu de rançon.

Nos quatre concitoyens auraient été libérés sur la bonne mine des gouvernants français et de la DGSE. Sauf que, encore, plusieurs sources affirment que 20 millions d’euros auraient été transférés dans les poches des ravisseurs et de leurs commanditaires. Ca fait du monde.

Les remerciements appuyés des dirigeants français au président du Niger Mahamadou Issoufrou méritent qu’on s’arrête un moment sur le personnage. Le président du Niger élu en 2011 dispose d’une carte de visite à rallonge : ancien Premier ministre, ex-Président de Assemblée nationale. Jusque là, une trajectoire banale de politicien. Sauf que, encore et encore, on oublie d’où vient l’impétrant : ingénieur des mines de formation, directeur de la mine d’Arlit, appartenant à Areva, qui le soutien en 1991 lorsqu’il entame une carrière politique. Le soutient ? Plutôt le projette dans cette aventure car Areva a besoin d’investir sur l’avenir.

Prenons les paris. Officiellement les autorités françaises n’ont pas déboursé le moindre centime. En revanche, les réseaux Areva, le président du Niger qui ne peut rien refuser à ses ex patrons et quelques barbouzes ont du voir transiter pas mal de valises. Quant aux intermédiaires, ils ont du se goinfrer au max.

José Fort

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens