Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 13:17

Ana Botella, maire de Madrid, très à droite sur l’échiquier politique espagnol, vient de se distinguer en proposant une ordonnance de « convivialité » citoyenne. Du sadisme institutionnel pur jus. La nouvelle ordonnance municipale prévoit des sanctions de 750 euros pour mendier à la porte des centres commerciaux, bureaux, collèges et hôpitaux. 750 euros, c'est aussi le montant de l'amende prévue pour les personnes qui mendient aux feux rouge ou qui cuisinent dans la rue, une pratique fréquente de familles sans abri. La municipalité madrilène infligera également une amende à toute personne qui donnera à manger à un animal sur la voie publique. Premiers visés : les vieux et les enfants qui lancent des miettes de pain aux moineaux dans les parcs de Madrid.

Selon l'institut national des statistiques, 1 personne sur 5 se trouve en situation de pauvreté en Espagne, 2,2 millions d'enfants ne mangent pas à leur faim et 29,9% des foyers ont des hypothèques impayées et sont menacés d'expulsion.

Ana Botella, fille et petite fille de hiérarques franquistes comme son mari l’ex-chef du gouvernement espagnol qui l’appelle « mi Hilaria », mon Hillary en référence à Mme Clinton est connue pour ses frasques comme l’utilisation sans retenue de la carte bancaire de la municipalité, des avions gouvernementaux et des personnels de service de la mairie. C’est une adversaire forcenée du divorce, du droit à l’avortement et affiche ses sympathies pour les Légionnaires du Christ, une organisation catholique intégriste. Elle est aussi renommée pour son esprit vif comme en témoigne une de ses déclarations publiques : « Les mariages entre homosexuels ne seront jamais comme ceux des hétérosexuels, de la même manière que deux pommes donnent naissance à une pomme, mais qu’une pomme et une poire ne donneront jamais naissance à une autre pomme. » Une flèche, Ana Botella. Elle mérite de figurer au Guinness des records de la méchanceté et de la connerie.

José Fort

L'Humanité cactus, 7 novembre

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens