Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 17:37

L’imbécillité médiatique déjà bien installée en France a franchi une nouvelle étape avec l’élection présidentielle brésilienne. Le signal a été donné dans la nuit de dimanche à lundi avec une dépêche AFP donnant le ton : la réélection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil est une « victoire de justesse ». Il était près de deux heures du matin et pendant toute la matinée, les moutons radiophoniques et télévisés ont ânonné la formule à chaque flash d’information : « victoire de justesse » avec trois millions de voix de différence entre les deux candidats. Lorsqu’en France, le président de la République est élu avec 200.000 voix d’écart, on parle de « succès ».

Certains ont quand même fait des efforts d’originalité en évoquant « une victoire d’une courte tête » ou encore une « victoire étriquée » (France 2, 13 heures). La palme revient au journal « Le Monde » qui titrait successivement lundi soir : « réélue de justesse », « réélue à l’arraché », « réélection laborieuse ». Quant au scrutin en Uruguay, le titre affirme « la coalition gouvernementale en difficulté » alors que le candidat du Front ample obtient au premier tour un score de 48% à faire pâlir de jalousie n’importe quel impétrant de l’Hexagone.

Après réflexion, je retire le mot « imbécillité » écrit plus haut. C’est de rage dont il s’agit. De la rage de voir un continent maintenir et élargir son cap progressiste et anti impérialiste.

José Fort

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens