Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 12:04

Vendredi soir, lors de l’émission « Ce soir ou jamais », sur France 2, le « philosophe » Yves Roucaute proche des thèses de la droite israélienne a cru bon d’évoquer son « ami Tony Blair » pour justifier l’injustifiable concernant les affrontements à Jérusalem et en Cisjordanie. Yves Roucaute, celui qui a reconnu avoir rédigé en 2012 un discours pour Claude Guéant, alors ministre de l’Intérieur de Sarkozy, où il était indiqué que « contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas » a d’étonnantes relations : Guéant et Blair (à des niveaux différents, il est vrai) sont des hommes d’argent. Mais restons-en à « l’ami » de Roucaute, le Tony Blair dont on se demande le rôle exact qu’il joue lors de ses « missions » de médiation au Proche Orient.

Rapide retour. En 2003, la côte de popularité de Tony Blair dépassait les 70 %. En 2015, 70% des Britanniques le considèrent comme « gênant ». Celui que la presse avait surnommé « le caniche de Bush » paye encore ses mensonges sur l'existence d'armes de destruction massive pour justifier l'intervention britannique en Irak en 2003.

Depuis qu'il n'est plus premier ministre, Tony Blair s'est reconverti dans les affaires et les conseils stratégiques. Il conseille aussi bien des entreprises que des gouvernements tandis que sa femme Cherie, s'est elle aussi reconvertie dans ces mêmes domaines et les investissements miniers ou pétroliers, les conseils stratégiques, en sécurité ou de gouvernance. Ils se répartissent les tâches pour faire fructifier au mieux leurs intérêts. Ils sont désormais riches à faire pâlir de jalousie Sarkozy.

Revenons à « l’ami » de M. Roucaute sous sa caquette de « médiateur » au Moyen-Orient. Tony Blair a rencontré à plusieurs reprises ces derniers mois le chef du Hamas Khaled Mechaal alors qu’il n’avait pas encore démissionné du Quartet (Etats-Unis, Russie, Union européenne, ONU) enfreignant ainsi les propres règles du Quartet interdisant les contacts avec le Hamas. Tony Blair n’a pas fait que parler à Mechaal. Il l’a invité à Londres. Invitation reportée.

Tony Blair n’a pas pu agir seul. Pour entamer de telles discussions, il a dû obtenir le feu vert des Etats-Unis et du gouvernement israélien, une forte odeur de gaz (des réserves importantes ont été découvertes au large de Gaza) inspirant l'acteur et ses commanditaires. Un conseil à M. Roucaute: restez plus discret concernant vos relations avec votre « ami » Tony Blair, plus « caniche » et homme d'affaires que jamais.

JF

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens