Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 16:29

« Sommes-nous en Etat de guerre », ai-je osé demander à un officier CRS, jeudi en début d’après-midi, place d’Italie à Paris.

Réponse : « Oui, en Etat de guerre, comme vous dites. »

Il fallait faire vite, obéir aux ordres aboyés, s’écarter et surtout la fermer.

De mémoire d’abonné aux manifestations parisiennes, la concentration de CRS et de flics en civils (reconnaissables souvent à leurs casques et leurs capuches) m’a rappelé des temps anciens. Généralement, le plus fort du dispositif policier est stationné le long du parcours dans les rues parallèles et en fin de défilé. Jeudi, dès la place d’Italie, les CRS, casqués, matraques à la main étaient au contact direct dans le métro et dans les rues à quelques mètres des manifestants. Ce pouvoir discrédité et moribond n’a plus comme argument que la menace répressive.

José Fort

Partager cet article

Repost 0

commentaires

JMP 31/03/2016 20:33

Bien vu vieux soldat.
Chez nous, en Bourgogne, en fin de Manif, ils ont balancé des lacrymos sur des mômes de 16 piges!
C'est une façon de gouverner qui crève, avec des keufs qui votent 60 pour cent pr le FN!!!!
C'est honteux !
On va avoir du taf pour 30 ou 40 piges pour revenir sur nos fondamentaux.
Conscience et lutte de classes ....mais, ils y arriverons, nos jeunes, comme nous ds les 70's et les 80's.

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens