Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 13:45

Donc, Barack Obama va séjourner vers la fin du mois de mars à Cuba. Avec ses interlocuteurs cubains, il souhaite, selon son secrétaire d’Etat John Kerry, « mettre tout sur la table ». Parfait. Après les prisonniers politiques détenus depuis plusieurs dizaines d’années aux Etats-Unis, après les excuses au peuple cubain concernant les tentatives d’assassinat de la CIA contre Fidel Castro, après la fermeture du camp de concentration de Guantanamo et la restitution de ce territoire occupé depuis 1903 (voir mon blog), M. Obama va-t-il accepter de parler du blocus économique infligé depuis plus de 50 ans à la Grande Ile ?

Le blocus économique a entraîné des milliards et des milliards de dollars de perte pour Cuba. Des chiffres astronomiques qui ne pourront jamais donner à saisir pleinement l’ampleur des retombées pour le peuple cubain et son cortège de pénuries adoucies grâce à une politique sociale préservant les besoins élémentaires comme la santé et l’éducation. A la veille de la visite du président nord-américain, la politique de blocus économique continue de frapper tous les domaines de la vie économique, sociale et culturelle du peuple cubain. Quant aux entreprises et banques étrangères coopérant avec Cuba, elles font toujours l’objet de poursuites et d’amendes par la justice US. En France, le Crédit agricole peut en témoigner.

Le blocus contre Cuba viole le droit international, notamment le principe de l’égalité souveraine des États contenu dans la Charte des Nations Unies.

Barack Obama a reconnu qu’il fallait mettre un terme à cette « approche périmée » de la politique US envers Cuba. Or, le blocus continue de s’appliquer avec la même rigueur. Même si la levée totale du blocus doit être votée par le Sénat à majorité républicaine, le président des États-Unis dispose de prérogatives suffisantes pour vider le blocus de sa substance.

Si Barack Obama veut réellement « tout mettre sur la table » lors de sa visite à Cuba, il ne pourra pas rester silencieux sur le blocus économique. Plus, il devra prendre des décisions concrètes pour mettre fin à cette infamie.

José Fort

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens