Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 19:31

Ma chronique sur Radio Arts-Mada (les lundi en direct à 19h15)

En préparant cette chronique, je me disais : « Allez, fais dans le frivole en ce dernier jour de printemps, dans le sourire en ces temps gris et durs. » Et bien impossible. Pourquoi ? La semaine a été terrible de mensonges, d’attaques contre la CGT et son secrétaire général, terrible de manipulations rappelant des épisodes douloureux pour les plus anciens

Mensonge ? Le mouvement social contre la loi dite du « travail » dure depuis quatre mois. Depuis des semaines, gouvernement et médias à la botte évoquent un « essoufflement » de l’action alors que les dernières manifestations ont rassemblé plus de participants que d’habitude.

Mensonge ? Le mouvement serait conduit par la seule CGT alors que l’intersyndicale réunit six autres organisations.

Mensonge ? Les grèves seraient en perte de vitesse alors que l’action prend de nouvelles formes, les Pujadas et autre Elkabach ne connaissant pas la vraie vie, celle de la feuille de paye amputée de centaines d’euros d’un salarié en grève.

Terrible ? Lorsque le patron du Medef qualifie la CGT de « terroriste », lorsque des journalistes font un parallèle entre la CGT et les monstres de l’Etat islamique.

Terrible ? Lorsque tous ces gens de la société chic lance des appels à caractère injurieux et fascisants contre Philippe Martinez.

Terrible ? La campagne d’intoxication visant à détourner l’opinion des véritables responsables de la situation.

Manipulation ? L’amalgame entre les manifestants et les casseurs qu’on devraient appeler plus directement les supplétifs du pouvoir. L’ignoble utilisation des vitres brisées de l’hôpital Necker alors que les images tournées par un journaliste du Monde.fr montrent bien que cet acte scandaleux a été commis par un seul homme armé d’une massue et qui mystérieusement a disparu aussi vite qu’il était arrivé. Ignoble aussi l’utilisation de photos montrant des dockers de la CGT répliquant et seulement répliquant à une bien étrange charge policière alors qu’ils s’apprêtaient à monter dans leurs bus.

Manipulation ? Il suffit de regarder les photos. Un groupe de plusieurs centaines de cagoulés la plupart de noir vêtu, et plus loin derrière, le début du cortège syndical, lui, bien coloré et à visage découvert. Il aurait suffit d’encercler ce groupe pour le rendre incapable de sévir. Cet ordre, les CRS ne l’ont pas reçu. Il y a un moyen pour mettre hors d’état de nuire les casseurs : interdire systématiquement dans les manifestations les cagoules et autres camouflages des visages. Ainsi, les supplétifs du pouvoir et policiers en mission ne pourront plus agir impunément.

Reste l’essentiel. Malgré l’agressivité du pouvoir et son interdiction de manifester notamment, malgré l’insupportable propagande hostile aux salariés et à leurs représentants, malgré le chantage, malgré les insultes, malgré les coups tordus, 6 Français sur 10 se prononcent toujours contre le projet de loi sur le « travail ».

Il y a une solution pour retrouver le calme. Une seule, logique, raisonnable, responsable : la suspension du projet de loi et la reprise des négociations à la rentrée en prenant en compte les propositions formulée par les syndicats.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jmp 21/06/2016 16:31

Merci, des arguments en plus , pour nous aider dans les explications.
Un ancien des jc de st ouen.
Bon courage.

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens