Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 19:23

Les assassinats commis à Nice et à Saint-Etienne-du-Rouvray ont nourri l’actualité des derniers jours. L’horreur, la barbarie ont sidéré, traumatisé les Français quels que soient leurs engagements sociaux ou politiques, leurs origines, leurs cultures. Un boulevard a été largement ouvert au Front national. Les fascistes-intégristes manipulateurs d’esprits faibles et de tueurs en sommeil n’en demandaient pas tant. Pendant ce temps, le reste de l’actualité s’enfonce dans les oubliettes permettant les mauvais coups sociaux.

« Ca va mieux », déclarait il y a peu le Président de la République. On le sait amateur d’humour. Mais là, il s’est surpassé. Les chiffres du chômage rendus publics il y a une semaine sont encore et encore en hausse, les manipulations des statistiques et autres gommages de chiffres n’arrivant pas à camoufler le bilan désastreux.

Les mesures de dernière heure pour tenter de faire disparaître 500.000 demandeurs d’emplois avant le mois de décembre en raclant les fonds de tiroir de Pôle Emploi et en sortant du chapeau des formations souvent bidon n’y pourront rien. L’échec de Hollande et du gouvernement en matière d’emploi et malgré les énormes cadeaux faits au patronat est patent.

D’ores et déjà, François Hollande qui assurait qu’en cas d’échec de sa politique en matière d’emploi il se retirerait de la course présidentielle en 2017, peut préparer ses valises.

Une information n’a pas ému outre mesure. Pourtant, elle devrait donner à réfléchir sur l’état réel de la France et sur ces hommes et ces femmes qui pillent le pays. Je veux parler du plan liquidateur à SFR sous la houlette de Patrick Drahi, ce milliardaire franco-israélien repreneur de tout ce qui bouge en matière de communication et d’information, bénéficiant étrangement de largesses bancaires peu claires, aux lendemains périlleux. Comme d’autres, le jour où ça chauffera pour lui, il aura la solution de l’impunité en se réfugiant à Tel Aviv. A chacun son boulot : Miami abritait les anciens dictateurs latino américains, Israël accueille les affairistes bi-nationaux en délicatesse avec la justice française.

Patrick Drahi, patron de Libération, l’Express, BFM, RMC, avait promis après avoir acheté SFR de ne pas licencier. Quelques semaines plus tard, dans un bar de New York, après quelques verres, il s’était laissé aller à regretter sa « déclaration trop rapide ». La semaine dernière, sans gêne aucune, il a annoncé le « dégraissage » : 5000 emplois supprimés, 1/3 des effectifs. Comme à l’Express où une bonne partie de la rédaction a été virée. Les supplétifs de BFM n’ont qu’à bien se tenir : leur tour viendra.

Patrick Drahi, un « exemple » de réussite comme le fut à son époque Bernard Tapie, a des fans. Premier d’entre eux, Bernard Henri Levy. Vous savez l’homme de Bengazi, l’attaché de guerre de Sarkozy, traînant toujours dans les caves de l’Elysée. BHL dit de Drahi :

« Français d’âme et de cœur, ressortissant suisse, citoyen israélien, citizen Drahi vous êtes l’un des « Gidiens » que « l’idéologie française » réprouve depuis un siècle mais dont nous avons cruellement besoin. » Ne riez pas.

Le guerrier au col blanc qualifie Drahi de « Gidien » donc propre à l’œuvre de l’écrivain André Gide et donc de la « théorie gidienne de l’acte gratuit », selon Jean-Paul Sartre. De l’acte gratuit avec Drahi ? A se rouler par terre. 5000 postes de travail, 1/3 des effectifs supprimés à SFR. Ca va mieux, comme dit l’autre.

La mobilisation contre la loi dite sur le travail, les augmentations des tarifs notamment dans les transports et les plans de licenciements notamment à SFR, Air France, Sanofi et d’autres vont marquer la rentrée. Elle sera chaude. Les directeurs des relations humaines, les fameux DRH vont avoir du boulot. DRH, un métier d’avenir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens