Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 08:53

Ma dernière chronique sur radio Arts-Mada (en direct les lundi à 19h15)

Les organisateurs de la fête de « l’Humanité » ont une sacrée veine. Alors qu’il a plu ce week-end sur une Ile de France triste de grisaille, la semaine dernière à la Courneuve il fallait se protéger du soleil. Et alors que la braderie de Lille et plusieurs autres manifestations ont été annulées par crainte sécuritaire, quelques insolations ont été les seuls incidents à relever du côté du Bourget. J’ai même vu des CRS en tenue estivale sortir le saucisson et le pain affirmant : « Ici on est presque en vacances »

450.000 participants, des rencontres, des débats, des spectacles, une foule conviviale, une démarche citoyenne et chaleureuse pour une retombée médiatique se limitant à la participation de Mélenchon et des prétendus frondeurs. Avant, la fête de l’Huma était commentée par les médias sur le seul air merguez-frites. La semaine dernière, ce sont les naturistes qui ont fait une entrée spectaculaire et remarquée sur la fête, bénéficiant d’un soleil rayonnant.

A part çà que retenir dans l’actualité des derniers jours ?

François Hollande a été désigné « homme politique » de l’année par une officine nord-américaine. Un ami de New York, mauvaise langue, me fait remarquer que Hitler avait obtenu la même distinction du « Times magazine », en 1938.

La comparaison est exagérée. Toutefois, allez demander ce que pensent les gars de Florange ou les filles de la Poste, les producteurs de lait, les parlementaires n’ayant plus leur mot à dire, le 49,3 faisant le reste, les travailleurs d’Alsthom ou encore les milliers de salariés de SFR qui vont être priés d’aller voir ailleurs. Je ne crois pas qu’ils décerneront un prix à Hollande, où alors celui des promesses électorales non tenues.

A droite, c’est à qui tape le plus fort sur l’autre, certains allant jusqu’à rappeler les démélées judiciaires de Sarkozy. A gauche, c’est le trop plein avec des frondeurs sans avenir et l’autoproclamé Mélenchon plus Bonaparte que jamais entraînant ses troupes vers une fin napoléonienne. Pendant ce temps, Mme Le pen se glisse dans la faune à la manière du serpent prêt à fondre sur sa proie.

Pas joli, joli tout cela. Faut-il baisser les bras et sombrer dans la désespérance ?

Jusqu’au bout, il faut tenter de construire l’unité excluant Hollande et sa bande. Construire sur la base d’engagements communs permettant ainsi d’être présent au deuxième tour de l’élection présidentielle. Dans le cas contraire, une voie royale serait ouverte à la droite et à Mme Le Pen.

Jusqu’au bout, car la précipitation ne sert à rien. Après, si par malheur cette solution est mise en échec, il faudra définir un autre chemin ancré dans une volonté de rassemblement et de respect des identités.

Je veux finir sur une note musicale. Figurez-vous que lors de la fête de l’Huma, dans le studio campagnard de Radio Arts-Mada, j’ai rencontré une femme belle et chaleureuse et surtout une chanteuse de talent. Je n’aime pas la formule « chanteuse engagée ». Je lui préfère une chanteuse de son temps. Ecoutez Faby Perier.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens