Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 10:40

Progrès et optimisme

 

Ma chronique sur Radio Arts-Mada (tous les lundi en direct à 19h)

 

 

Vous croyez, peut-être, que je vais commenter ce soir l’intronisation du sinistre président des Etats-Unis, Donald Trump.

 

Vous croyez, peut-être, que je vais ironiser sur le public rassemblé devant la Cour suprême à Washington composé de blancs, aucun noir ou latino apparaissant sur les écrans.

 

Vous croyez que je vais m’indigner des premières déclarations et décisions de ce sordide personnage qui a, désormais, le droit d’appuyer sur le bouton nucléaire pouvant déclencher l’apocalypse. Et bien non. J’en ai trop entendu.

 

Vous croyez, peut-être, que je vais exprimer une opinion sur la primaire du parti socialiste.

Non, j’en ai trop entendu.

 

Vous croyez que je vais m’indigner des magouilles en préparation en vue des prochaines élections législatives, mêlant ambitieux et aigris, visant la création d’un parti socialiste bis et la poursuite sous une forme soft d’une même politique.

Non, là aussi, j’en ai trop entendu.

 

Ce soir, j’ai envie d’être optimiste, confiant dans le progrès humain. Ce soir, place à l’espoir. Avec un type bien, un homme, un vrai, un exemple pour les jeunes et ceux qui le sont moins : je veux parler de Thomas Pesquet, le spationaute français.

 

Thomas Pesquet a effectué il y a quelques jours et en direct sur nos écrans de télévision une sortie extravéhiculaires pendant 5 heures et 58 minutes avec un objectif : remplacer des batteries afin d’améliorer l’approvisionnement en énergie de la station spatiale ISS. Une tâche réalisée bien plus vite que planifiée, de sorte que les deux astronautes – Thomas Pesquet était accompagné d’un collègue nord-américain -

ont pu procéder à des activités dites « complémentaires » dont le remplacement d’une caméra et des prises de vue. Avec en prime, selon Thomas Pesquet et sous contrôle depuis la Terre, un moment de bonheur, seul dans l’immensité de l’espace, qui marquera sa vie à jamais.

 

Un tel exploit, tout comme celui d’Armel Le Cléac’h dans le Vendéeglobe, confirme la force propulsive des intelligences et de courages dont dispose notre pays. Nous ne sommes pas voués à l’échec, aux reculs, à la petitesse. Notre pays a les moyens de la modernité, du progrès dans tous les domaines. Regardez, par exemple, dans la seule ville de Villejuif avec l’IGR Gustave Roussy et Paul Brousse, deux établissements qu’on nous envie dans le monde entier.

 

Ces progrès scientifiques au service de l’humain ne bénéficient pas suffisamment de l’engagement de l’Etat. Nous disposons de talents comme Thomas et Armel, de dizaines de milliers de chercheurs, d’ingénieurs, de savants. Ce sont eux qui préparent l’avenir du pays. Il doivent bénéficier des efforts prioritaires de l’Etat car comme l’écrivait l’économiste et démographe français Alfred Sauvy « l’humanité est vouée au progrès… à perpétuité. »

 

Je vous propose d’écouter Bernard Lavilliers interpréter la célèbre chanson de Boris Vian « la complainte du progrès ».

 

 

 

José Fort

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens