Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 06:20

Trump et ses « tueurs » : menace sur le monde. Depuis son insta Trump signe décret après décret confirmant l’ampleur de la dangerosité de ce personnage. Démantèlement des premières et timides avancées d’une sécurité sociale en faveur des plus pauvres ; arrêt des subventions aux ONG agissant pour le respect des femmes, pour le droit à l’avortement ; construction où plutôt extension du mur avec le Mexique sous les applaudissements du premier ministre israélien Netanyahu, spécialiste en la matière; interdiction aux voyageurs de sept pays arabes d’atterrir ou de débarquer aux Etats-Unis ; autorisation de polluer la terre indienne avec un projet d’oléoduc il y a peu annulé… Le nouveau président des Etats-Unis est atteint d’une telle frénésie de la rupture que sa première décision a été de faire remplacer les rideaux du Bureau ovale pour les remplacer par d’autres, d’un or criard. ‬ Derrière les effets d'annonce et son slogan phare « Repeal and Replace » - « abroger et remplacer » -, quelques garde-fous demeurent. Certaines institutions qui pourraient, espérons-le, contenir le furieux. Plus sûre, la mobilisation des progressistes nord-américains, surtout des jeunes, entrés, comme ils le clament, en « résistance ». Pour eux, ça sera dur. Très dur. Donald Trump ne va pas s’arrêter de sitôt en appliquant à la lettre son programme exposé tout au long de la campagne électorale. Quant aux relations internationales, il vient clairement d’indiquer son objectif : l’Amérique first, l’Amérique d’abord, celle du Nord bien entendu, avec un allié privilégié, le Royaume Uni dont il salue le retrait de l’Union européenne, le « vieux » continent, comme on dit outre-Atlantique, étant le cadet de ses soucis, la Russie la Chine lui semblant d’un intérêt bien supérieur aux bouffeurs de patates, de grenouilles et de spaghettis. Le Monde de Donald Trump est angoissant d’autant qu’il s’est entouré d’un cabinet de « tueurs » composé de grands patrons et autres milliardaires souvent racistes et belliqueux qui se foutent de l’environnement, du Tiers monde, des guerres, des famines. Pour ces gens là, seul compte l’argent, le fric, les affaires, le business. « L’Amérique d’abord » crient-ils à tous les vents. On peut s’attendre au pire avec ces sectaires. Le pire pour le peuple nord-américain, le pire pour la paix dans le monde. Donald Trump risque-t-il d’exploser en vol ? Pour l’instant, rien n’indique une telle fin. Mais à force d’en faire trop, à force de provoquer son peuple et le monde entier, un accident est vite arrivé. José Fort

Trump et ses « tueurs » : menace sur le monde.

( Ma chronique sur radio Arts-Mada en direct tous le lundi à 19h) 

 

 

Depuis son installation à la Maison Blanche, Donald Trump signe décret après décret confirmant l’ampleur de la dangerosité de ce personnage. Démantèlement des premières et timides avancées d’une sécurité sociale en faveur des plus pauvres ; arrêt des subventions aux ONG agissant pour le respect des femmes, pour le droit à l’avortement ; construction où plutôt extension du mur avec le Mexique sous les applaudissements du premier ministre israélien Netanyahu, spécialiste en la matière; interdiction aux voyageurs de sept pays arabes d’atterrir ou de débarquer aux Etats-Unis ; autorisation de polluer la terre indienne avec un projet d’oléoduc il y a peu annulé…

 

Le nouveau président des Etats-Unis est atteint d’une telle frénésie de la rupture que sa première décision a été de faire remplacer les rideaux du Bureau ovale pour les remplacer par d’autres, d’un or criard.

 

 

 

Derrière les effets d'annonce et son slogan phare « Repeal and Replace » - « abroger et remplacer » -, quelques garde-fous demeurent. Certaines institutions qui pourraient, espérons-le, contenir le furieux. Plus sûre, la mobilisation des progressistes nord-américains, surtout des jeunes, entrés, comme ils le clament, en « résistance ». Pour eux, ça sera dur. Très dur.

 

Donald Trump ne va pas s’arrêter de sitôt en appliquant à la lettre son programme exposé tout au long de la campagne électorale. Quant aux relations internationales, il vient clairement d’indiquer son objectif : l’Amérique first, l’Amérique d’abord, celle du Nord bien entendu, avec un allié privilégié, le Royaume Uni dont il salue le retrait de l’Union européenne, le « vieux » continent, comme on dit outre-Atlantique, étant le cadet de ses soucis, la Russie la Chine lui semblant d’un intérêt bien supérieur aux bouffeurs de patates, de grenouilles et de spaghettis. Le Monde de Donald Trump est angoissant d’autant qu’il s’est entouré d’un cabinet de « tueurs » composé de grands patrons et autres milliardaires souvent racistes et belliqueux qui se foutent de l’environnement, du Tiers monde, des guerres, des famines. Pour ces gens là, seul compte l’argent, le fric, les affaires, le business.

 

« L’Amérique d’abord » crient-ils à tous les vents. On peut s’attendre au pire avec ces sectaires. Le pire pour le peuple nord-américain, le pire pour la paix dans le monde.

 

Donald Trump risque-t-il d’exploser en vol ? Pour l’instant, rien n’indique une telle fin. Mais à force d’en faire trop, à force de provoquer son peuple et le monde entier, un accident est vite arrivé.

 

José Fort

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens