Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 19:35

Les Sahraouis, le Maroc et Cuba

 

(Ma chronique sur Radio Arts-Mada tous les lundi en direct à 19h)

 

 

Depuis quarante ans, un peuple vit sous occupation étrangère. Je veux parler du peuple sahraoui toujours sous le joug du Maroc.

 

Un retour en arrière s’impose. Dès 1966, l'Assemblée générale de l'ONU avait acté le droit du peuple de cette ancienne colonie espagnole à l'autodétermination. En 1975, la Cour internationale de justice précisait qu'aucun document n'établissait la souveraineté du Maroc sur les territoires du Sahara occidental.

 

Le Sahara occidental c’est 266 000 km2 situé au Nord-Ouest de l’Afrique, bordé par la province marocaine de Tarfaya au nord, l’Algérie au nord-est, la Mauritanie à l'est et au sud, tandis que sa côte ouest donne sur l’Atlantique. Ce territoire est revendiqué par le Maroc et par la République arabe sahraouie démocratique proclamée en 1976 par le mouvement de libération le Front Polisario qui pouvait et peut toujours s’appuyer sur un accord massif des Sahraouis en faveur de l’indépendance, en opposition à l’intégration avec tout pays. L’argumentation du Maroc se limite à de prétendus accords passés avant la décolonisation avec des tribus. Quant au référendum préconisé par l’ONU sur le droit de chaque peuple à l’autodétermination, il n’a toujours pas eu lieu, le Maroc s’y opposant.

Le Sahara occidental vit donc toujours sous occupation sur un territoire dont la souveraineté du Maroc n'a été reconnue par aucun Etat. On notera que la France, quel que soit les gouvernements en place, privilégie ses relations avec Rabat la conduisant à déconsidérer les résolutions de l’ONU.

 

Rien de nouveau, allez-vous me dire. Peut-être, peut être pas.

Figurez-vous que le roi du Maroc vient de séjourner en vacances à Cuba, un pays avec lequel Rabat a rompu ses relations diplomatiques depuis près de quarante ans, lorsque la Havane avait reconnu officiellement la République arabe sahraoui démocratique. Mohammed VI ne s’est certainement pas limité aux plages idylliques de Cayo Santa Maria. Il aurait, dit-on, rencontré plusieurs dirigeants cubains sans autre précision. Alors que se passe-t-il ? Les Cubains lâcheraient-ils les Sahraouis ?

 

Une autre hypothèse me semble plus plausible. A l’instar de leur rôle essentiel joué lors des pourparlers entre les Farc de Colombie et le gouvernement de Bogota, les Cubains pourraient bien s’apprêter ou seraient déjà impliqués dans des pré-négociations entre le Maroc et le Front Polisario.

 

Cuba, un pays d’un peu plus de onze millions d’habitants nous a habitué à des réalisations considérables dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’environnement, de la culture, des sports, dans lutte contre le terrorisme importé au non de la défense des droits de l’homme par les Etats-Unis. Dans la coopération latino-américaine et des Caraïbes également. Dans la solidarité internationaliste aussi. Il faudrait ajouter au bilan de la Grande Ile, une diplomatie astucieuse, fine et intelligente. De quoi donner des idées à des grandes puissances comme la France engluées dans une diplomatie ringarde alignée sur des vieilles lunes.

La lutte pour la liberté des peuples devrait figurer en bonne place de nos préoccupations. En disant cela, je pense à la chanson interprétée par l’extraordinaire Aretha Franklin, un vibrant appel à la liberté, freedom, en anglais. Ecoutons Aretha Franklin.

 

José Fort

 

 

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens