Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 23:17

 

 

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, affiche une carrière originale. Ancien Premier ministre portugais, flamboyant soutien de Bush père lors de la première guerre en Irak, il a commencé son activité politique à l’âge de 18 ans dans un groupe maoïste après la révolution des œillets. Il était devenu leader du Parti du Prolétariat (MRPP) : « J’ai choisi les prochinois  parce qu’ils étaient les plus anti-communistes », souligne-t-il.

Ses compagnons de l’époque le dépeignent comme orateur charismatique et organisateur de talent. Il lance des cours sur le marxisme-léninisme et déménage le mobilier de sa faculté pour meubler le siège de son mouvement le MRPP. Au mois de novembre 1975, une coalition hétéroclite allant des socialistes à l’extrême droite chasse les militaires de gauche au pouvoir. Le MRPP de Barroso lui apporte son soutien. « Je me réveillais d’un rêve ou d’un cauchemar, je revenais dans mon cercle naturel, celui de la petite bourgeoisie », dit-il.

La vérité sur ce personnage exige quelques précisions. L’ambassadeur des États-Unis au Portugal à l’époque, Franck Carlucci, dépêché par Washington pour ramener le Portugal dans le droit chemin, n’est pas étranger à la reconversion de Barroso. Agent de top niveau de la CIA, Carlucci manipule et finance le MRPP et découvre dans le jeune José Manuel un talent d’avenir. Sur les conseils de son nouveau protecteur, Barroso adhère au Parti social-démocrate (PSD) et gravit tous les échelons de la hiérarchie. Jusqu’au poste de Premier ministre. L’Union européenne peut donc se satisfaire d’avoir à sa tête aujourd’hui une parfaite créature de la CIA.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens