Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 18:39
 

 

 

 

 

A chacun son 11 septembre. L’anniversaire de l’attentat contre les tours de New York va faire couler beaucoup d’encre. Le renversement du régime démocratique de Salvador Allende au Chili le 11 septembre 1973 beaucoup moins. Peut-être parce que le putsch mené par Pinochet avait été planifié à Washington. Dès que cet anniversaire approche, je me souviens de mon séjour dans ce pays au lendemain du coup d’Etat. Voici ce que j’écrivais dans « l’Humanité ».

 

« Un avion décolle dans trois heures pour Buenos Aires. Un conseil, prenez-le, votre sécurité en dépend. » Je venais à peine de rentrer dans ma chambre d’hôtel à Santiago du Chili. Au téléphone, un interlocuteur inconnu (un militaire, un ami ?) m’invitait à quitter rapidement le pays. Il fallait faire vite, sauter dans un taxi et prendre rapidement la route de l’aéroport en observant les consignes reçues quelques jours plus tôt. Peu m’importait ce départ précipité, même s’il provoquait une forte montée d’adrénaline, une trouille difficilement contenue. La mission que l’on m’avait confiée quelques semaines après le coup d’État de Pinochet en plein cœur de la capitale chilienne avait été remplie : rencontre avec les rescapés des tueries, transmission d’informations mémorisées à Paris, à Rome et à Buenos Aires avec en retour l’enregistrement d’indications précises, remise d’une forte somme d’argent, fruit de la solidarité. Je sais aujourd’hui que la plupart des militants rencontrés ont disparu. Leurs corps n’ont jamais été retrouvés.

Le jeune homme installé au Sheraton, roulant en Lincoln noire avec chauffeur et menant grand train de vie ne présentait pas le profil d’un révolutionnaire échevelé. Dans le restaurant de l’hôtel vide, les regards des personnels chargés de servir l’unique client entouré de chandelles exprimaient plus le mépris que l’envie.

La première partie de la mission achevée et les contacts rompus, la seconde ne pouvait échapper aux flics de Pinochet. Visites aux familles réprimées et à leurs courageux avocats, rencontres avec les candidats à l’exil réfugiés dans les représentations diplomatiques. « Vous êtes repéré », m’avait averti l’ambassadeur du Mexique qui dû, lui aussi, quelques jours plus tard, faire ses valises.

Il régnait un étrange silence à Santiago. Cette ville vivante, bruyante, joyeuse était plongée dans la peur. Dès le soir tombé, malgré la chaleur du début de l’été, les rues étaient désertes. Les patrouilles de l’armée quadrillaient la capitale. L’accès au palais présidentiel, la Moneda ravagé par les flammes le 11 septembre 1973, était interdit, les cadavres ne dérivaient plus sur le fleuve Mapucho, le stade qui avait servi de centre de torture avait été nettoyé. Les prisons étaient pleines, on torturait dans les casernes et dans des villas réquisitionnées par la police secrète, on incitait à la délation dans les familles, les dirigeants démocrates-chrétiens, si violents contre Salvador Allende, se terraient sans exprimer la moindre protestation, tandis qu’une poignée de militants communistes, socialistes et du MIR tentaient de reconstruire une structure de résistance. Seuls quelques ecclésiastiques osaient affronter publiquement la junte en protégeant des prisonniers et en venant en aide aux familles. En province, loin de tout, l’armée torturait et fusillait à tour de bras.

Il y avait au cours de ces heures tragiques des moments de fierté. Celui, par exemple, d’assister à l’accueil dans les locaux de la représentation diplomatique française de Chiliens de toutes tendances politiques promis à la mort. Ou encore de voir la femme de l’ambassadeur de France participer à l’installation de matelas et à la distribution de nourriture. Qu’il fait bon à ce moment-là de revendiquer sa nationalité.

Il était 18 heures. À l’aéroport de Santiago, le vol pour Buenos Aires était annoncé. J’achetais des cerises. Dans le paquet, je ne sais qui avait glissé un petit morceau de papier sur lequel était écrit : « Bon voyage et fais attention à toi. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thierry Pignolet 12/09/2009 18:33

Bonjour José,

Je vous présente toutes mes excuses : je viens de constater, à mon grand désappointement, que je me suis trompé de prénom en m'adressant à vous.

Bien fraternellement,

Thierry Pignolet

Thierry Pignolet 12/09/2009 14:37

Bonjour Paul,


J'aurais souhaité vous écrire sur votre email, mais je n'en ai pas trouvé mention sur votre blog.

J'ai fait "virtuellement" votre connaissance par la parution sur le site du Grand Soir de votre texte "A Santiago de Chili, au lendemain d'un autre 11 septembre" (http://www.legrandsoir.info/A-Santiago-du-Chili-au-lendemain-d-un-autre-11-septembre.html). Ce texte m'a ému, tant par le fond bien sûr, que pour la forme : j'apprécie votre style d'écriture. Je l'ai dès lors fait paraître également sur mon site récemment créé "Amérique latine des peuples" (http://amerique-latine-des-peuples.blogspot.com/2009/09/santiado-de-chili-au-lendemain-dun.html)

Je suis moi-même militant, traducteur engagé et, si j'ai le temps, quelquefois auteur. J'ai constaté que vous écriviez régulièrement, en français, sur l'Amérique Latine. Je me permettrai dès lors de diffuser encore quelques texte vôtres à ce sujet -en y mentionnant la source, bien sûr.

A propos de source, vous dites dans votre rubrique "pourquoi pas?" que vous souhaitez utiliser le moyen Internet pour diffuser vos textes. Je pense que c'est une bonne solution, car je préfère personnellement me référer au blog de l'auteur même, plutôt qu'au site qui a fait paraître le texte concerné pour la première fois.

Je vous envoie, ravi de connaître un nouveau compagnon de lutte, mes salutations les plus fraternelles.


Thierry Pignolet, Bruxelles, Belgique

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens