Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 00:33

 

Ils sont partout. Sur les plateaux de télé, dans les studios des radios, les pages des journaux et les commissions gouvernementales. Ils savent tout sur tout. Ne se trompent jamais, dispensent des conseils, fixent la ligne de conduite. Et lorsque les vents changent de sens, ils s’adaptent quitte à renier ce qu’ils déclaraient quelques semaines auparavant.

La dictature des experts a pris son envol lors de la première guerre du Golfe. Généraux en retraite et anciens des services commentaient une guerre qu’ils ne voyaient pas. Depuis, les « experts » sévissent sur tous les sujets. En matière économique et sociale, ils se taillent désormais la part du lion avec, à quelques exceptions près, un même discours anti syndical et défaitiste.

L’austérité ? Obligé d’y passer. Le déficit ? Les services publics responsables. Le chômage ? Les diktats européens ? La baisse du pouvoir d’achat ? Les inégalités sociales ? Rien d’autre à faire que subir. Voici qu’ils s’occupent désormais des retraites, une dizaine d’entre eux composant la commission « pour l’avenir des retraites » mise en place par le gouvernement.

La logique voudrait que les premiers intéressés, les représentants des salariés, soient au premier rang de la réflexion. L’efficacité supposerait de débattre sans intermédiaire avec les actuels ou futurs retraités dans un esprit responsable. Le respect exigerait que les organisations syndicales constituent l’ossature d’un groupe de travail pouvant bénéficier, bien entendu, de l’éclairage de techniciens de l’économie, de la sociologie, de la santé… L’inverse a été choisi avec une « commission » de notables d’où sont excluent les forces vives de la nation.

La manœuvre n’échappe qu’aux naïfs. Les   « experts » de la nouvelle commission disposent déjà de leur feuille de route : allongement de la durée d’activité avec départ à 67 ans en ligne de mire, désindexation des retraites complémentaires, hausse de la CSG et une première approche – discrète pour le moment – pour aller vers un bouleversement du système et la « retraite par points ». La dictature des « experts » mérite d’être traitée comme n’importe quel abus de pouvoir. Sans pitié.

 

Publié dans « Vie Nouvelle"

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens