Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 19:01

Par José Fort (Pour DiversesCités)

Nous aurons tout entendu sur les joueurs de l’équipe de France de football, du sélectionneur et de la fédération nationale de cette discipline sportive. Tout sauf que le désastre auquel nous assistons est d’abord le fruit d’un système : celui du l’argent roi.

La plupart des acteurs de ce spectacle affligeant et dégradant sont gavés de fric. A un point tel, que tous ces hommes vivent sur une autre planète. De nombreux joueurs ont gommé leur passé, l’encadrement  baigne dans une gestion opaque. L’arrogance est devenue leur loi.  Faut-il les envoyer au bucher alors que l’exemple vient de plus haut ?

« Pas vu pas pris », ronronnait Carla Bruni au lendemain de la main frauduleuse de Thierry Henri lors du match contre l’Irlande. Invitation à la fraude. Et pourquoi se gêner sur le fric alors que l’exemple vient de haut : Christian Blanc achetant pour 12.000 euros de cigares sur le compte de son secrétariat d’Etat, dix ministres cumulant retraites et salaires, Fadela Amara refilant à ses frères son logement de fonction et le cuisinier, la femme de l’ancien ministre du Budget actuellement affecté au Travail et toujours trésorier de l’UMP pigeant  pour Mme Betancourt, les dessous de tables de Karachi, les dérapages de frais de l’Elysée, des ministres empruntant des jets privés afin d’être présent à l’heure de l’apéritif, un autre trafiquant un permis de construire…

Le football est malade à l’instar de notre pays où les plus hautes autorités de l’Etat tapent dans la caisse, malade d’un système qui entraîne la cotation en Bourse, les transferts des clubs en sociétés privés, la rétribution des agents des joueurs par les clubs, les paris en ligne, la privatisation de stades…..  Le football – et pas seulement en France – est malade du capitalisme.  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens