Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 17:27

 

Nous ne pleurerons pas Mme Thatcher. Cette fille d’épicier a consacré toute sa vie politique à détruire le monde ouvrier, à laisser mourir des patriotes irlandais, à privilégier la caste des riches, à casser les plus pauvres. La politique atlantiste de cette forcenée de l’ultra libéralisme fabriquée dans le même moule que Reagan restera dans l’Histoire non pas comme « La dame de fer » mais plutôt comme  « la préposée aux sales coups ». Renaud avait vu juste lorsque dans un de ses célèbres textes, il écrivait :

 «  Les assassins sont tous des frères

« Pas une femme pour rivaliser

« A  part peut être madame Thatcher

Ou encore

« Moi je me changerai en chien si je peux rester sur terre

« Et comme réverbère quotidien

« Je m’offrirai madame Thatcher

En regardant la photo de l’ancienne Première ministre britannique plusieurs images me viennent à l’esprit. Le film «  Les Virtuoses » de Marc Herman et ces chômeurs devenus musiciens de fanfare. Mme Thatcher au nom du libéralisme économique a cassé l’industrie britannique favorisant la finance. Des régions entières sinistrées, les villes fantômes des mineurs relégués dans l’oubli, les syndicalises pourchassés, les services publics démantelés.

Vous souvenez-vous des patriotes irlandais en lutte ? De Bobby Sands crevant dans sa cellule après 66 jours de grève de la faim sans un geste d’humanité  de Mme Thatcher ? Vous souvenez-vous de la guerre des Malouines, une expédition coloniale menée malheureusement avec le soutien politique de la France ? Vous souvenez-vous de sa morgue et de sa haine à peine cachée du monde et des peuples en mouvement ? On dit que cette dame souffrait de la maladie d’Alzheimer. Cela lui aura au moins permis d’oublier son sinistre parcours politique.

José Fort

humanité.fr

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Bobby Sands : "J'étais seulement un enfant de la classe ouvrière d'un ghetto nationaliste, mais c'est la répression qui a créé l'esprit révolutionnaire de liberté. Je ne me résoudrai qu'à la<br /> libération de mon pays, jusqu'à ce que l'Irlande devienne une république souveraine, indépendante et socialiste." Je pense en te lisant à lui et à ses 9 camarades de la prison de Long Kesh. Non,<br /> pas une larme pour cette femme abominable dont l'inhumanité inouïe confinait à la barbarie. Seuls les salauds de riches la loueront.
Répondre

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens