Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 12:49

 

Le travail des enfants est un « crime » entendait-on l’autre jour au Parlement européen. Il faut combattre ce fléau en Chine, en Inde et dans de nombreux autres pays en boycottant leurs produits, clamaient plusieurs députés visiblement scandalisés. Un conseil à nos édiles : inutile d’enquêter loin de Bruxelles. Faites simplement un détour par Naples et la région où 300.000 enfants âgés de huit à seize ans travaillent dur à l’ombre du Vésuve et dans le sud de l’Italie. Ces gosses se tapent des journées de douze heures pour 35 euros par semaine en collant des boîtes, vernissant des voitures, cousant des chaussures, des sacs ou des portefeuilles. On en retrouve un paquet aux carrefours de Naples à vendre des cigarettes de contrebande où à guetter aux coins des rues pour le compte de la mafia. Avant de monter des opérations de protection de l’enfance à Shangaï et à Bangkok, ne faudrait-il pas commencer par balayer devant la porte européenne à Naples mais aussi dans de nombreuses autres villes italiennes, portugaises espagnoles, polonaises ? Dans les quartiers et les villages du vieux continent où  les enfants travaillent très jeunes dans l’agriculture et dans les arrières cours des petits ateliers de sous-traitance ?

L’hypocrisie européenne est proportionnelle au refus de combattre autrement que par des mots cette terrible injustice frappant les plus vulnérables. A Strasbourg, chaque année, un prix Sakharov des droits de l‘homme est décerné avec un abonnement spécial aux dissidents cubains alors que dans la Grande Ile pas un enfant travaille avant l’âge légal, meurt de faim ou dort dans la rue. Cette année, pour changer, nos élus européens se grandiraient s’ils décernaient leur prix - même dévalorisé - à un certain Giovanni Sovino. Giovanni ne fait pas parler de lui et pourtant cet éducateur de 33 ans tente de sortir de la rue des enfants dans l’un des pires quartiers de Naples : Barra, véritable supermarché de la drogue et de la  surexploitation des enfants.

 

José Fort

 

l'Humanité Cactus 12 avril

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens