Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 13:06

L’affaire de l’avion présidentiel bolivien avec à son bord Evo Morales interdit de survol du territoire français entraîne en Amérique latine et dans d’autres régions du monde de l’indignation, de la colère et de la moquerie.

Indignation ? Aucun avion présidentiel depuis la fin de la Seconde guerre mondiale n’a été interdit de survol d’un territoire. La France – officielle s’entend – vient de réaliser une première en donnant l’ordre aux pilotes de l’appareil bolivien de quitter l’espace aérien français plaçant ainsi le président Morales en danger.

Colère ? On comprend les réactions venues d’Amérique du sud. Les autorités françaises ont pris la décision sur ordre de Washington.

Moquerie ? Dans plusieurs capitales comme à Buenos Aires à l’instar de la présidente argentine les dirigeants européens et surtout français soupçonnés de « devenir fous » sont qualifiés de « caniches » des gouvernants US.

L’affaire est grave. Pour deux raisons principales : la France vient de porter une atteinte grave au droit international ; notre pays est la risée de nombreux pays en Amérique latine et ailleurs.

Pour sortir par le haut d’une telle situation, MM. Hollande et Fabius doivent présenter des excuses officielles au gouvernement bolivien. Dans le cas contraire, on comprendrait aisément que la Bolivie et ses pays amis décident de demander aux avions officiels français de ne pas emprunter à l’avenir leurs couloirs aériens.

José Fort

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens