Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 22:08

Cette fois, inutile de faire dans la prudence, la délicatesse, le sens de la retenue, bref tout ce qu’on me recommande ici et là pour éviter d’aller trop vite, de ne pas tomber dans l’amalgame, de préserver les « chances » de possibles chemins vers la paix. Le pouvoir raciste, colonialiste, répressif, inhumain de M. Netanyahu, doit être clairement qualifié de régime d’assassins. Le Premier ministre israélien mérite d’être interpellé puis transféré au plus vite au tribunal de la Haye pour crime contre l’humanité.

Ces gens sont des canailles. L’affaire a été montée de toute pièce. L’assassinat odieux de trois jeunes israéliens au début du mois de juin a servi de prétexte à l’opération militaire contre Gaza alors que le silence le plus absolu est maintenu sur l’enquête. Les opérations annonçant un jour une trêve, un autre un accord relevaient d’une stratégie visant à déconnecter les opinions publiques de la réalité de la situation. Avec, bien entendu, la complicité de la plupart des médias.

L’entrée des chars israéliens à Gaza était prévue de longue date avec pour objectif final la dislocation du tout jeune gouvernement palestinien d’union nationale. La droite israélienne a décidé de s’emparer de l’ensemble du gâteau, de réduire les Palestiniens à des esclaves, de s’emparer de richesses de la région, de faire régner leur ordre nouveau. C’est certainement sans compter sur la capacité de résistance du peuple palestinien et de la force solidaire qui l’accompagne dans le monde entier.

José Fort

Repost 0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 22:09

Tout va très vite. A peine la coupe du monde de football terminée, le Brésil passe aux affaires stratégiques en accueillant sommet et rencontres internationales. Vladimir Poutine est arrivé au Brésil après un périple démarré à Cuba avec en mise en bouche l’annulation du plus gros de la dette cubaine, annonçant à la fin de sa visite que ses interlocuteurs de La Havane pouvaient compter sur l’aide de Moscou pour surmonter l’embargo économique nord-américain. Dans le même mouvement, la station d’écoutes « Lourdes » mise en sommeil en 2001 reprendra prochainement du service, ses oreilles dirigées vers le grand Sam éloigné de deux cents kilomètres à peine.

Puis, Vladimir Poutine a fait un crochet à Buenos-Aires. Le temps d’annoncer un renforcement de la coopération russo-argentine dans de très nombreux domaines y compris dans le nucléaire civil et le militaire traditionnel. Enfin, l’essentiel du voyage s’est déroulé à Fortaleza avec le sommet des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Des pays émergeants à forte croissance économique et regroupant plus de 40% de la population mondiale. Rien de moins.

Résultat ? Les Brics créent une banque de développement et d’une réserve de change commune avec une force de frappe à terme de 100 milliards de dollars. Siège de la nouvelle institution : Shanghai.

Un système alternatif aux structures occidentales (Fonds monétaire international (FMI), Banque mondiale) vient de se mettre en place. Avec, cerise sur le gâteau, un repas à la fin du sommet des Brics regroupant les présidents équatorien, bolivien, chilien, argentin, colombien et vénézuélien.

Pas de réaction officielle à Washington et dans les capitales européennes. Comme cela ne suffisait pas, voici qu’est annoncé pour ce jeudi un sommet réunissant à Brasilia les principaux dirigeants latinos et caribéens avec le président chinois avant son retour à Pékin. Au menu, la coopération tous azimuts.

Il n’est pas exagéré d’affirmer qu’un nouveau monde se met en place. Les pays émergents ne supportent plus la main mise des multinationales sur leurs économies. L’arrogance nord-américaine et européenne est repoussée. Les affaires de la planète ne se décident plus à Washington, à Berlin, à Londres ou à Paris. Quant aux prétentions US et des membres de l’Otan dont le France d’étouffer progressivement la Russie, de contenir le développement de la Chine, de l’Inde, du Brésil et de l’Afrique du Sud, elles se heurtent désormais à une résistance d’envergure. Une résistance devenue offensive car organisée, structurée et financée au niveau de la planète. Le rapport des forces à l’échelle mondiale va connaître rapidement des évolutions spectaculaires. Avec les piètres dirigeants occidentaux aux manettes, nous assisterons – de loin – au départ du train.

José Fort

Repost 0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 08:13

C’était hier soir devant l’Institut français, rue Rothschild à Tel-Aviv. L’ambassade de France organisait un bal populaire à l’occasion de la fête nationale. Son Excellence, Patrick Maisonnave, avait précisé que cette initiative – une première – était organisée " en solidarité avec les populations du sud d’Israël qui font face depuis de nombreux jours aux tirs des roquettes. »

La fanfare de la police israélienne, selon la chambre de commerce franco-israélienne, « a joué la Marseillaise de façon extraordinaire ». Puis, le bal populaire a pris son envol. Un grand moment de joie et de compassion sponsorisé par Alstom, Citroën, Sodexo et Véolia.

Pendant ce temps, loin des flonflons, des bombardiers israéliens pilonnaient Gaza.

José Fort

Repost 0
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 17:35

C’est un diplomate français de longue date et proche de la retraite qui le susurre désabusé : « Sur Israël et la Palestine, on navigue à vue, sans savoir qui tient le manche ». La déclaration l’autre soir à la mi-temps du match de football Pays-Bas- Argentine de François Hollande provoque toujours dans les couloirs du Quai d’Orsay étonnements et ricanements. Qui tenait le « manche » lorsque l’Elysée rendait publique la déclaration soulignant qu’il « appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population » ? Selon plusieurs sources, le Premier ministre israélien et son cabinet ont procédé à un véritable assaut téléphonique auprès de François Hollande pour obtenir ce texte écrit pratiquement sous la dictée.

Au Quai d’Orsay, Laurent Fabius reste discret. Il partage l’alignement sur Tel-Aviv mais semble regretter la manière. Il aurait préféré y mettre des formes. Question « formes » son collègue ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian, en connaît un rayon. Il demande à Israël « de faire preuve de mesure dans sa riposte contre Gaza ». De la mesure, pas plus. Bombardez, mais avec « retenue ».

On connaît les liens de François Hollande et de son gouvernement avec Israël. Presque fusionnels. Comment vont-ils réagir à la proposition du président palestinien Mahmout Abbas de placer la Palestine « sous protection internationale des Nations unies » ?

José Fort

Repost 0
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 09:28

L’assassinat de trois jeunes israéliens au mois de juin, un acte criminel odieux, a été imputé immédiatement et sans la moindre enquête par les autorités israéliennes au Hamas. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu allait jusqu’à qualifier les auteurs, pour lui obligatoirement Palestiniens, « d’animaux » et annonçait une réplique armée.

Depuis, les bombes s’abattent sur Gaza avec des centaines de morts, de blessés, de destructions.

Le point de départ de cette tragédie remonte donc à l’assassinat des trois jeunes dont on ne connaît toujours pas les assassins et leurs commanditaires. Etrangement, l’affaire semble avoir été étouffée.

Qui a intérêt à maintenir le silence sur le crime ? Qui sont les véritables assassins ? Qui sont les commanditaires ? Si aucune réponse sérieuse et vérifiée n’est apportée à ces interrogations alors une question majeure risque fort de se poser : et si Netanyahu et sa bande étaient impliqués directement ou indirectement dans le montage du crime pour faciliter le déclenchement de leur nouvelle guerre contre les Palestiniens ?

José Fort

Repost 0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 19:42

Amis, frères palestiniens,

Nous vous demandons pardon. Pardon des nouvelles qui vous arrivent de France, de son président, de son gouvernement, des dirigeants du parti politique majoritaire et de responsables de la droite. Sachez que leur soutien inconditionnel à la folle politique de guerre de Benjamin Netanyahu n’est pas partagée par les progressistes et pacifistes français.

Ils soutiennent la guerre, nous voulons la paix. Ils acceptent le vol de vos terres, nous le dénonçons. Ils évoquent une symétrie entre les morts alors que les massacres vous visent directement. Ils parlent des droits de l’homme et ne s’offusquent pas que plus de 6000 d’entre vous parmi lesquels de nombreux enfants sont en prison. Ils ont versé des larmes à la mort de Mandela mais refusent d’exiger la libération de Marwan Bargouti, votre Mandela. Ils ne prennent aucune mesure pour interdire à des ressortissants français d’incorporer l’armée israélienne.

Croyez-nous : nous avons honte des prises de position des autorités françaises. Nous vous demandons pardon, même si nous ne sommes pas responsables de cet alignement sur une politique colonialiste, répressive et raciste.

Nous demandons pardon à toutes les familles endeuillées, pardon aux pacifistes israéliens oubliés, pardon à vous tous là-bas sous les bombes. Sachez qu’ici en France, en Europe, d’autres voix tentent de se faire entendre. Ce sont celles de vos amis, de vos frères.

José Fort

Repost 0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 13:31

Répétons. Des ressortissants français participent actuellement sous l'uniforme de l'armée israélienne (en violation des règles internationales et nationales) aux opérations de ratissage en Cisjordanie occupée. Ils pourraient être impliqués dans une opération terrestre à Gaza. Des témoins affirment que "les Français se montrent particulièrement efficaces lors des ratissages et les arrestations." Les juges anti terroristes français chargés d'enquêter sur les citoyens français partant en Syrie devraient logiquement appliquer les mêmes règles à des Français s'enrôlant dans une armée étrangère pour combattre un autre peuple. Etrange silence sur ce sujet au pôle anti terroriste, dans les sphères gouvernementales et bien entendu dans les médias à la botte.

Repost 0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 21:57

Pas l’ombre du moindre doute. François Hollande s’aligne totalement sur la politique colonialiste, agressive et criminelle du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. En exprimant « la solidarité de la France » avec Israël sous le prétexte de tirs de roquettes en provenance de Gaza sans prononcer le moindre mot sur les bombardements, les assassinats, les rafles et les ratonnades à Gaza et en Cisjordanie occupée, le président de la République vient d’impliquer notre pays dans une opération criminelle contre un peuple en lutte pour sa survie : le peuple palestinien. Il y a pire. En déclarant qu’il appartient « au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces », le président de la République incite à la guerre.

Il ne s’agit plus seulement de complicité. Il s’agit de l’implication officielle de la France dans le camp de la droite israélienne. Désormais, Paris ne s’en tient plus aux formules diplomatiques qualifiant les actions israéliennes de « disproportionnées ». Paris joue ouvertement la carte de l’affrontement, des destructions, des meurtres et des emprisonnements de masse.

Les autorités françaises acceptent que des citoyens français intègrent une armée étrangère (l’armée israélienne) violant ainsi les lois internationales. Elles acceptent un mur de près de 700 kilomètres, une construction condamnée par les instances internationales. Elles acceptent l’apartheid instauré en Cisjordanie occupée. Elles acceptent et incitent à la guerre alors que tous les efforts devraient viser l’arrêt des violences et la construction de la paix. François Hollande a choisi son camp. Ce n’est pas celui des pacifistes israéliens. Encore moins celui du peuple palestinien martyrisé, écartelé, réprimé

José Fort.

Repost 0
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 14:34

Cette phrase a été prononcée jeudi soir à Tel-Aviv par Robi Danelin, porte parole du "Cercle des parents ». Des parents israéliens qui ont perdu des enfants lors d’attentats au cours des dernières années. En Israël, des voix se font entendre contre la spirale de la violence et de la haine.

Israël et la Palestine viennent de connaître une semaine de folies meurtrières. Trois jeunes colons israéliens et dix jeunes palestiniens assassinés, des blessés, des arrestations pas centaines, des ratonnades, des vengeances.Tous les ingrédients sont réunis pour aller vers de nouveaux affrontements, de nouveaux crimes. Dans ce contexte d’une extrême violence et dont le gouvernement israélien porte l’entière responsabilité, des voix courageuses de la raison et de la paix se font entendre en Israël, à Tel-Aviv en particulier. Celles, par exemple, qui se sont exprimées jeudi soir sur la place faisant face au Théâtre Habima pour protester contre la « vague de haine ». La manifestation, organisée par « La Paix Maintenant », a eu lieu sous la bannière « Manifestation de bon sens, Non à la vengeance, non à l’escalade »

« Les enfants de Talmon et de Sderot, d’Hébron et de Gaza n’oublieront pas cette semaine », a déclaré Yariv Oppenheimer, animateur du mouvement « La Paix Maintenant", ajoutant : « Les enfants sont toujours les premiers à souffrir. » A la fin de la manifestation, un petit groupe de personnes tenait une bannière indiquant « De la souffrance et le deuil naît une prière pour la paix », les membres du "Cercle des Parents – Les familles endeuillées pour la réconciliation et la paix ».

« Nous faisons partie d’un club, et nous avons payé une cotisation très chère pour rentrer" , souligne Rami Elhanan, du Cercle des Parents, qui comprend deux familles israéliennes et palestiniennes ayant perdu des proches dans le conflit. « Nous n’allons pas les laisser utiliser notre douleur pour agrandir ce club », a-t-il souligné. Elhanan a présenté les autres dizaines de militants – celui-ci a perdu une mère, un frère, celui-là un fils. Qui sait comment nous [les familles qui ont perdu des fils cette semaine] nous sentons ? Je pleure avec eux. Ma fille a été tuée il y a 16 ans, et pas une seconde ne passe sans que je ne pense à elle. »

Les manifestations en Israël contre la violence ont pris de ampleur cette semaine. Pas seulement à Tel-Aviv. De nombreux observateurs notent que si une frange toujours majoritaire de l’opinion publique israélienne se range derrière les positions va-t’en guerre du gouvernement, les partisans de la paix gagnent en écoute dans une population traumatisée. Contrairement aux messages de paix venus de Tel-Aviv, Tanir Pardo, le chef du Mossad (les services spéciaux israéliens) a déclaré ce dimanche : « La plus grande menace pour la sécurité d’Israël est le conflit avec les Palestiniens et non pas le programme nucléaire iranien. » Une manière d’annoncer un regain de violence dans le silence complice de la prétendue « communauté » internationale. La sécurité d’Israël, plus que jamais, passe par la création d’un Etat palestinien avec la fin de la colonisation et de l’occupation. Il n’y a pas d’autre voix. C’est cela ou le chaos.

José Fort

Repost 0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 16:51

Après avoir signée des accords stratégiques avec Pékin et plusieurs autres capitales asiatiques, la Russie accélère sa coopération avec les pays membres des Brics (Brésil, Russie, Chine, Inde, Afrique du sud) et déploie une intense activité économique et politique en direction de l’Amérique du Sud. Les dernières informations en provenance de Moscou ne sont pas de nature à faire plaisir aux chancelleries occidentales. Tour de table.

Moscou annonce l’annulation de 90% de la dette de Cuba et en investit 10% à l'intérieur du pays. Le gouvernement russe vient de transmettre à la Douma un projet de loi concernant la ratification des accords intergouvernementaux avec l'île, selon lesquels La Havane serait libéré de de 31,7 milliards de dollars sur une dette s’élevant à 35,2 milliards de dollars. La semaine prochaine Vladimir Poutine entamera une tournée sur le continent latino américain avec une première escale à Cuba.

Deuxième étape, Buenos Aires. La coopération économique et militaire sera le sujet principal des négociations avec la présidente argentine Cristina Kirchner. Poutine envisage, selon ses déclarations du début de la semaine, « d'aborder en détail tout l’éventail des questions bilatérales et internationales d’actualité, fixer des projets conjoints mutuellement avantageux dans le domaine énergétique, aussi bien que dans l’atome pacifique, la construction mécanique et la coopération militaire et technique. »

Troisième étape, Rio de Janeiro. Poutine assistera à la finale de la coupe du monde de football puis participera à la cérémonie transmettant à la Russie la charge d’organiser la prochaine coupe.

Quatrième étape, Fortaleza au nord-est du Brésil qui accueillera le 15 juillet le sixième sommet des pays du BRICS. A l’issue de cette réunion, la création de la Banque de développement du groupe sera annoncée avec pour objectif principal le financement de projets conjoints d’infrastructure. Selon les agences de presse russes, les cinq pays membres des Brics devraient verser au pot commun « des contributions égales aux fonds initiaux de la banque - 50 milliards de dollars - et au fonds anticrise - 100 milliards de dollars. » Plusieurs sources indiquent que le sommet pourrait décider l’entrée de l’Argentine dans les BRICS.

L’avenir du monde ne se joue plus seulement à Washington ou à Bruxelles. La Russie, la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud, le Brésil réunis dans les Brics que d’autres pays émergeants rejoindront d’ici peu vont prendre une place toujours plus importante. Il ne faudrait pas louper le wagon.

José Fort

Repost 0

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens