Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 05:19

Le maintien renouvelé à la tête de leurs pays des gouvernements progressistes latino américains et le développement des structures d’intégration économique et politique dans la région suscitent la haine dans les sphères de pouvoirs étatsuniens. Tandis qu’à la Maison Blanche la tonalité est hypocritement au discours doucereux, au département d’Etat, à la CIA et dans les différents services spéciaux yankees, une feuille de route adaptée et dotée d’énormes moyens financiers vient d’être réactivée avec pour objectif d’aider les « oppositions dans les pays non amis » et, si possible, de renverser les gouvernements issus du suffrage universel. Plusieurs hypothèses de « travail » ont été mises au point. Elles vont depuis l’aide matérielle à la subversion jusqu’à l’étranglement économique, ou encore depuis les actes de terrorisme jusqu’aux campagnes de propagande largement relayées en Europe. Il ne faut pas se tromper : l’heure est à l’affrontement de classes aigu en Amérique latine.

Il y a eu les coups d’Etat « institutionnels » au Paraguay et au Honduras. Il y a désormais des opérations ciblées visant le Venezuela, la Bolivie, l’Equateur, le Salvador, le Nicaragua et Cuba. L’Argentine et le Brésil sont aussi dans le collimateur.

Au cours des dernières années, ces pays ont enregistré des avancées sociales importantes et construit des politiques indépendantes et souveraines débarrassées de la main mise des multinationales. Ils ont travaillé à renforcer l’intégration régionale avec notamment la Communauté des Etats latinos américains actuellement présidée par le Costa Rica. Un nouveau paysage politique s’est installé dans ce continent qui était autrefois le « pré carré » des Etats-Unis. Pour l’impérialisme nord-américain, ses banques, ses multinationales et ses intégristes terroristes protégés au plus haut niveau de l’Etat US, un coup d’arrêt s’impose. Il faut donc s’attendre à des événements graves dans cette région du monde.

Déjà au Venezuela, les milieux oligarchiques ont déclenché une guerre de rue contre le gouvernement du président Maduro élu légalement et dont la formation politique, le PSUV, remporte actuellement dans le silence des médias internationaux la plupart des scrutins locaux. A Caracas, les manifestants souvent armés, la plupart enfants de la bourgeoisie, sont caillassés dès qu’ils quittent le périmètre du centre des affaires pour les quartiers populaires.

En Bolivie et en Equateur, des contrats ont été placés sur la tête des présidents Evo Morales et Rafael Correa. Au Salvador et au Nicaragua, les droites les plus extrêmes tentent avec la complicité US de déstabiliser les gouvernements en place. Quant aux Cubains, ils doivent encore et encore affronter menaces et chantages, calomnies et mensonges.

A la Havane, cela fait plus d’un demi siècle que cela dure. Cette fois, alors que Barack Obama avait laissé entendre qu’il était temps de « réviser » la politique nord-américaine à l’égard de Cuba, dans le même mouvement une opération à plusieurs tiroirs a été déclenchée contre la Grande Ile.

Première cible, l’économie avec le maintien du blocus accompagné d’une avalanche d’amendes visant les sociétés et les banques ayant des relations commerciales avec Cuba : BNP-Parisbas est directement menacé d’avoir à payer 8 milliards de dollars au fisc nord-américain pour avoir effectué des opérations commerciales avec La Havane ; second objectif, tenter de créer l’insécurité et la peur en provoquant des actes criminels avec, pour dernier exemple, l’arrestation de quatre terroristes venus de Miami ; troisième axe, la propagande avec notamment une radio émettant depuis la France grâce à TDF, une « blogueuse » formatée par la CIA disposant de comptes en banque bien fournis dans plusieurs capitales avec toujours en réserve un « témoin » prêt à faire des « révélations » à la carte.

Contre Cuba et l’Amérique latine, l’impérialisme US et ses relais européens montrent les dents. Que les peuples latinos sachent qu’ils disposent aussi en France et en Europe d’amis véritables et solidaires.

José Fort.

Repost 0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 05:49

Inutile d'aller chercher midi à quatorze heures. Le FN surfe sur la désespérance provoquée par la politique du PS qui prétend continuer la même orientation et les abstentionnistes sont souvent des électeurs de gauche en violente colère contre ceux pour qui ils avaient voté en 2012. Fait nouveau: l'abstention d'électeurs du Front de gauche. On récolte, là aussi, ce qu'on a semé.

1

Repost 0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 18:03

Sans le général Jaruzelski, la Pologne aurait pu sombrer dans la guerre civile provoquée par les extrémistes au pouvoir aidés par Moscou et ceux de l'opposition excités par les irresponsables occidentaux. En France on a écrit des tonnes de bêtises sur ce personnage qui a bénéficié jusqu'à sa mort du respect des Polonais. Quant à Laurent Fabius, il avait refusé, à l'époque, de recevoir le général montrant déjà sa forte capacité de compréhension du monde.

Repost 0
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 16:33

Après « la face cachée du Che », « L’Express » publie cette semaine des extraits d’un livre intitulé « La vie cachée de Fidel Castro ». Il s’agit, nous affirme-t-on, des confidences du lieutenant colonel Juan Reinaldo Sanchez, ancien garde du corps du dirigeant cubain, recueillies par Axel Gyldén de l’hebdomadaire dirigé par Christian Barbier.

On nous annonce des « révélations » tellement « explosives » qu’elles font saliver dans son blog Paulo A. Paranagua, journaliste au « Monde », un ancien pistolero repenti et retourné dans la haine des régimes progressistes latino-américains. L’objectif consiste – une fois encore – de tenter de ternir l’image de Fidel Castro : maison secondaire démesurée dans une île paradisiaque, implication de la famille Castro dans des affaires d’argent, surveillance tous azimuts etc… La suite d’un feuilleton commencé il y a un peu plus d’un demi siècle. Rien de nouveau. Pourtant, un arrêt sur le personnage, le sulfureux Sanchez, peut aider à comprendre.

Le journaliste de « l’Express » n’a fait que prendre la suite de la presse anticastriste et surtout de la télévision Americateve, une officine de la CIA, qui a consacré plusieurs émissions au Sanchez en question au cours desquelles, il assurait avoir vu de l’or et des diamants chez Fidel, des garde du corps chargés de donner leur sang… Le Sanchez en a tant fait et tant dit qu’à l’époque plusieurs sites anticastristes basés à Miami et en Espagne réagissaient en regrettant que « le menteur » fasse rire tout le monde mais pleurer ceux qui luttent « contre la dictature » , car ridiculisés. Et lorsque l’impétrant assure avoir fait deux ans de prison « pour avoir voulu prendre sa retraite », c’est l’hilarité générale, un des rédacteurs affirmant avoir rencontré Sanchez dans une boîte de nuit de la Havane contrôlée par l’Etat cubain échangeant avec des officiels et concluant : « c’est un infiltré ».

Les éditions Lafon et Axel Gyldéen sont tombés dans le panneau. Peu importe. Mais le choix de publier un tel ouvrage en ce moment même a une signification : alors que des frémissements sont perceptibles aux Etats-Unis pour mettre fin au blocus économique de la Grande Ile et alors que l’Union européenne décide de renouer avec Cuba, les milieux hostiles à une telle perspective tirent dans tous les sens en utilisant tous les canaux : les éditions Lafon, par exemple.

José Fort

Repost 0
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 13:42

La scène se déroule au début de la semaine à Athènes. Un malade arrive en très mauvais état à la Metropolitan Community Clinic d’Elliniko, un établissement qui soigne gratuitement les chômeurs et les personnes sans ressource. Le patient doit normalement disposer d’une carte d’insolvabilité autorisant la prise en charge gratuite. Il ne peut pas la présenter, les services sociaux de la ville ayant pris du retard dans l’expédition du document.

L’homme de 54 ans est mal en point. Pourtant, n’ayant pas de « livret » attestant sa situation de précarité, son admission est refusée. Direction la sortie.

Protestation générale dans l’indifférence de l’administration. C’est alors que le patient s’écroule. Crise cardiaque. Affolement. Le personnel hospitalier décide une intervention immédiate.

L’homme est dirigé vers le bloc opératoire. Il est rasé et perfusé. Les infirmières et le chirurgien sont prêts à opérer lorsque l’intendant de l’établissement fait irruption dans le bloc et exige l’arrêt des préparatifs et l’évacuation du patient tant qu’il n’aura pas fourni le fameux sésame, le document délivré par la municipalité.

Le sandale a fait le tour de la ville. L’administration hospitalière, dès le lendemain, a reprogrammé l’intervention.

Ce type d'incident, indiquent les syndicats de la santé, est courant en Grèce où trois millions de personnes ne disposent pas d’assurance maladie et où les médicaments s’achètent à prix d’or.

José Fort

Repost 0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 15:59

TDF gangrénée par son principal actionnaire fournisseur en basses œuvres de la CIA ? TDF outil des services de renseignements nord-américains à des fins de propagande vers l’étranger ? Personne ne pipe mot à la direction de l’entreprise, au ministère de tutelle, rue de Valois à Paris, encore moins du côté de l’actionnaire principal de TDF, TPG Capital, le plus important fonds d’investissement nord-américain dont le principal conseiller pour la France est Bernard Attali.

La mise à disposition de l’émetteur d’Issoudun de TDF à une radio anti cubaine par l’intermédiaire de TPG Capital semble être un élément - et un seul - du dispositif mis à la disposition de la CIA sur le territoire national par les autorités françaises. Selon nos informations, d’autres ondes courtes du centre d’Issoudun sont réservées aux officines vitrines légales de la CIA pour diffusion d’émissions pirates à destination de plusieurs régions du monde.

Dans le cas de « Radio Republica », il s’agit d’une violation de la souveraineté de l’Etat cubain et du droit défini dans la constitution de l’Union internationale de Télécommunication (UIT). Plus grave encore, TDF aurait passé d’autres marchés sulfureux.

Pour faire la lumière, pour afficher la transparence, il reste à TDF et au ministère de la Culture et de la Communication une solution toute simple : rendre publics les accords passés dans le secteur des ondes courtes et des émissions relayées par le centre d'Issoudun.

José Fort

Repost 0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 17:10

Les informations concernant la radio anti-cubaine émettant depuis la France provoquent de multiples réactions. Des précisions sur l’actionnaire principal de TDF donnent une nouvelle dimension à l’affaire.

Rappel des faits.

Une radio anti gouvernementale cubaine « Radio Republica », porte voix d’un groupe établi à Miami (« Directoire démocratique cubain », financé par la « Fondation nationale pour la démocratie », relais connu de la CIA) émet depuis le centre de radio ondes courtes dit « d’Issoudun » de TDF, sur le territoire de la commune de Saint-Aoustrille dans l’Indre. Le député André Chassaigne a interrogé la ministre de la Culture et de la Communication, Mme Aurèlie Filipetti sur « la légalité de l’émission d’une radio étrangère à partir d’un émetteur TDF ». Sans réponse, pour le moment.

A Issoudun, on regrette que le nom de la ville soit mêlé à cette affaire en insistant sur le lieu exact des installations de TDF, la commune de Saint-Aoustrille. Bien entendu, les populations et les élus du pays d’Issoudun n’ont strictement rien à voir avec cette opération radiophonique à ondes courtes même si certains habitants de l’agglomération ont fait connaître leur désagrément. Dans le Berry, on sait respecter l’autre.

La responsabilité de la diffusion de la radio anti-cubaine depuis Issoudun repose exclusivement sur TDF et les autorités françaises. Et il est important de préciser à nouveau la répartition de l’actionnariat de TDF: Texas Pacific Group, aujourd’hui TPG Capital (42%), Caisse des dépôt et consignations (24%), Ardian (ex Axa, 18%), Charterhouse Capital Partners (14%), divers (2%). TPG Capital est le plus important fonds d’investissement nord-américain et il gère environ 30 milliards de dollars. Parmi ses principaux conseillers figure Bernard Attali (frère jumeau de Jacques) qui occupe la fonction de « senior advisor », conseiller spécial pour la France.

C’est à la demande de la Fondation nationale pour la démocratie (NED) - une des vitrines légales de la CIA ayant officiellement pour objectif l’aide aux oppositions des « gouvernement non amis » - que TPG Capital a obtenu de TDF l’ouverture d’un faisceau en direction de Cuba. TDF est donc devenu un outil technique de la CIA en direction de Cuba et l’on se demande si le « service » ne s’étend pas à d’autres régions du monde.

L’actionnaire principal de TDF a un passé sulfureux. C’est ainsi que dans « l‘Express/l’Expansion » daté du 1 er novembre 2006, Franck Dedieu livrait des informations surprenantes. Voici ce qu’il écrivait: « Des fonds d'investissement particulièrement portés sur les technologies de pointe françaises agiraient en poissons pilotes pour les services de renseignements américains (…) Tout commence en 2000, quand le fonds Texas Pacific Group (TPG) dépose 559 millions d'euros sur la table pour entrer au capital du leader mondial de la carte à puce, Gemplus, et en devenir le premier actionnaire. " Avec 26 % du capital, TPG se montrait très insistant pour obtenir le maximum de postes au conseil d'administration, quitte à nommer des "indépendants" en fait très proches de lui ", se souvient Thierry Dassault, à l'époque administrateur de la société.

Le renvoi du président Marc Lassus et son remplacement par un Américain sèmeront sérieusement le doute sur les arrière-pensées de TPG. Transfert de l'équipe dirigeante et des laboratoires de recherche aux Etats-Unis ? Les salariés s'inquiètent mais, après tout, jusque-là, rien de bien surprenant. Une information sur Alex Mandl, le nouveau PDG, adoubé en 2002 par les actionnaires américains, va mettre le feu aux poudres : l'homme siégeait au conseil d'administration d'In-Q-Tel, un fonds technologique au service exclusif... de la CIA et du renseignement américain. Un détail qui ne figurait pas sur son CV. " Le cabinet de chasseurs de têtes a fait circuler une ancienne version ", se défend Goeff Fink, administrateur de Gemplus, représentant du fonds TPG (…) L’apparition des initiales TPG dans un dossier suffit à faire réagir les autorités françaises. Son arrivée au capital de l'opérateur européen de satellites de télécommunications Eutelsat, en 2004, suscite immédiatement une note du Quai d'Orsay et du ministère de la Défense sur " la menace américaine ". " Comme par hasard, Eutelsat s'apprêtait à passer un accord avec le futur système de navigation par satellite Galileo, le concurrent européen du GPS américain. »

Tout indique que le principal actionnaire de TDF (48%) a des liens avec la CIA. Une entreprise stratégique française serait donc et depuis longtemps gangrénée de l’intérieur par un service de renseignement étranger. Dans ces conditions, l’affaire de la radio anti-cubaine ne serait qu’une maille d’un ensemble qu’il serait urgent de détricoter ?

José Fort

Repost 0
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 12:46

Au risque de passer pour un cœur sec, je l’affirme: les démonstrations parisiennes et obamesque par dames interposées me gênent, m’indisposent.

L’enlèvement des 200 jeunes filles par la secte Boko Haram qui sème le chaos depuis des années au Nigéria donne la nausée. L’émotion face à une telle horreur prolongée par des actions citoyennes et solidaires est compréhensible, juste, nécessaire. Les femmes, les personnalités, les artistes, les gens « de rien » qui se rassemblent pour crier « rendez-nous nos filles » ont raison d’afficher leur volonté de sauver ces gosses aux mains de tueurs fous.

Seulement fous ? Exprimer sa peine, son indignation, sa colère ne suffit pas. Il faut aller au delà, au risque sinon d’en rester au constat. Les gouvernants nigérians ont fabriqué un monstre, le Boko Haram, comme Reagan et les Occidentaux avaient accouché des Talibans en Afghanistan. Les ingrédients sont les mêmes : élites corrompues, richesses dans une partie du pays, l’autre laissée à l’abandon, appareil d’Etat gangréné bénéficiant de la complicité silencieuse des Etats-Unis et de l’Union Européenne.

Il faudra continuer à mobiliser pour obtenir la libération des 200 jeunes filles nigérianes. Dans le même mouvement, il faudra dépasser les hypocrisies faciles et médiatiques en pointant les vrais responsables du crime : ceux qui ont nourri et armé les assassins.

José Fort

Repost 0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 16:46

Le président de Syriza et candidat à la présidence de la commission européenne effectue depuis lundi un bref séjour à Moscou. Alors que les diplomaties occidentales et nord-américaine refusent un véritable dialogue avec la Russie, alors que les gouvernants français multiplient les provocations (lundi encore, E. Guigou brandissait la menace de sanctions renforcées comme l’avait fait la veille F. Hollande) s’enfermant ainsi dans le refus de trouver une solution pacifique à la grave crise ukrainienne, Alexis Tsipras a choisi le contact direct, l’échange, la diplomatie active.

Hier, il a rencontré Valentina Matvienko, présidente du Conseil de la Fédération de Russie (Chambre haute) qui fait partie des personnalités russes que l’administration Obama et l’Union européenne ont suspendu de visa et gelé d’éventuels avoirs. En marge de la réunion avec Alexis Tsipras, elle a déclaré à propos des sanctions. « C’est sans précédent. Il s’agit d’un chantage politique. Je peux vous assurer que je n’ai ni compte, ni actif, ni propriété à l’étranger. »

Alexis Tsipras et la présidente du Conseil de la Fédération russe ont consacré l’essentiel de leur entretien à la situation en Ukraine. Le candidat à la présidence européenne devait rencontrer le ministre russe des Affaires étrangère Seigueï Lavrov, un rendez-vous annulé au dernier moment, le chef de la diplomatie russe ayant été contraint de quitter Moscou. Des rumeurs circulaient hier soir, sur une possible rencontre avec le président Poutine.

José Fort

Repost 0
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 08:59

« Ils l’ont tué ». Ce 9 mai 1978 en début d’après midi, tout Rome résonne de ce cri. Le corps d’Aldo Moro, président de la démocratie chrétienne (DC), enlevé le 16 mars par les Brigades rouges après l’assassinat de ses cinq gardes du corps, vient d’être découvert dans une voiture garée dans le centre de la ville. Sur le siège, un cadavre. Une balle dans la nuque.

« Un crime avec préméditation », écrit Antoine Acquaviva dans « l’Humanité ». Il poursuit : « Les portes du gouvernement s’ouvraient devant le parti communiste italien (PCI), leurs battants poussés par 35% de citoyens ayant donné confiance et suffrages aux communistes. Les mobiles du meurtre sont patents. L’évolution de M. Moro (favorable à une alliance avec le PCI, ndlr) allait dans le sens d’une évolution démocratique de l’Italie. »

Pour bien signifier le sens de leur action, les tueurs ont déposé le cadavre à mi-chemin entre le siège du PCI et celui de la DC. Au fur et à mesure que la nouvelle se répand à Rome, la foule se presse devant les locaux des deux principaux partis politiques italiens. Visages graves, cris de colère. Quelque chose a changé dans les rues du centre de la capitale. Le climat d’insouciance apparente de cette ville aux palais somptueux a disparu. Déjà, des transistors parviennent les nouvelles du reste de l’Italie. Dans le nord industriel, à Milan, à Turin, les salariés, spontanément, ont cessé le travail.

Des nouvelles semblables parviennent du sud du pays. Dans une édition spéciale, « l’Unita », journal du PCI, saluant la mémoire d’Aldo Moro, écrit : « La lutte d’une nation agressée par des ennemis implacables – décidés par tous les moyens à la faire dévier de la route démocratique librement choisie – entre dans une phase nouvelle qui sera certainement dure et difficile. Cette lutte devra être conduite jusqu’au bout. » « Laissons les Brigades rouges à leurs macabres mises en scène », écrit de son côté Antoine Acquaviva dans « l’Humanité ». Elles ne sont que l’instrument, le « bras armé » d’un projet criminel visant à fusiller, au-delà d’un homme, un type de société, de relations humaines, de développement social et économique. »

Aldo Moro, âgé de 61 ans, avait été jusqu’aux derniers jours qui précédèrent son enlèvement l’un des principaux artisans du rapprochement de la démocratie chrétienne avec le parti communiste italien. Il avait de grandes chances d’être élu – avec l’appui des communistes – président de la République. Sa carrière politique avait commencé au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Juriste et député de l’Assemblée constituante de juin 1946, il fut l’un de ceux qui participèrent à l’élaboration de la Constitution républicaine. Né le 23 septembre à Maglie, dans les Pouilles, il avait fait des études de droit à l’université de Bari. Il fut ensuite avocat, professeur de droit avant de « monter » à Rome où il devint en 1939 président de la fédération des universitaires catholiques, d’où étaient issus un grand nombre de dirigeants de la démocratie chrétienne.

Toujours réélu député à Bari depuis 1946, entré au gouvernement comme sous-secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Aldo Moro avait été cinq fois président du Conseil et dirigea, de 1963 à 1968, le premier gouvernement italien dit de centre-gauche où étaient entrés des socialistes. Il savait que la DC ne pouvait pas gouverner seule, l’alliance avec les socialistes visant à maintenir les communistes hors du pouvoir. Il fut à nouveau président du Conseil entre 1974 et 1976, années du dernier gouvernement de centre gauche avant d’être élu président de la Démocratie chrétienne en remplacement de M. Fanfani. Les élections législatives de 1976 avaient donné 35% des voix au PCI. Il n’était plus possible de tenir les communistes à l’écart de la vie politique, bien que de nombreux dirigeants de la DC n’admettaient pas leur participation au gouvernement. Aldo Moro était de ceux qui prônaient le contraire. Ce positionnement a déchaîné les tueurs. Qui les inspiraient ?

On les appelaient « Brigades rouges » dans l’intention de dissimuler leur noir couleur, leurs noirs desseins. Les « BR » avaient été créées en 1970 par un certain Renato Curcio, âgé de 35 ans, licencié en sociologie, pour mieux passer sous silence son passé néo-fasciste. La stratégie des « BR » tenait en une formule : « frapper au cœur de l’Etat ». Un Etat né de la Résistance. Premières cibles : les syndicats ouvriers accusés de « collaborer » avec le capitalisme, le parti communiste accusé de « trahir » la classe ouvrière, des dirigeants de la DC accusés de « renier » leur foi et de pactiser avec le diable. Et puis, pêle-mêle, des magistrats, des entrepreneurs, des élus, des journalistes… Bref, ceux que les « BR » désignaient comme des agents de l’Etat bourgeois.

Depuis, on en sait un peu plus sur les véritables inspirateurs du crime. Le dirigeants des Etats-Unis de l’époque, inquiets de la possible arrivée au pouvoir des communistes italiens, avaient chargé les services spéciaux de noyauter les « BR ». De l’argent et des armes ont été fournis à des circuits clandestins mêlant des proches de l’appareil d’Etat et des hommes de la Mafia disposant de réseaux passant par la France et l’Espagne. A l’époque, Antoine Acquaviva ne disposait pas de ces informations. Ce qui ne l’empêchait pourtant pas d’écrire dans « l’Humanité » : « Le terrorisme en Italie, en RFA, voire en France – quelles que soient les diversités des situations - fait désormais partie de la panoplie du capitalisme. Le dénoncer, le combattre, c’est défendre la liberté. Faire œuvre révolutionnaire. »

La plupart des jeunes embrigadés dans les « BR » ont cru qu’ils agissaient efficacement contre l’ordre bourgeois établi. En fait, ils servaient de supplétifs à ceux qu’ils pensaient combattre. Beaucoup, sans renier les motivations de leur engagement de jeunesse, reconnaissent aujourd’hui avoir été manipulés. En 2009, il est commode de s’en prendre à certains d’entre eux, de les pourchasser, alors que « repentis » ils ont été accueillis en France après un accord d’Etat à Etat sous la présidence de François Mitterrand. Un accord visant à sortir définitivement des « années de plomb ». Il est plus facile de s’en prendre à des boucs émissaires qu’aux véritables commanditaires des crimes. Parmi eux, un prix Nobel de la Paix : Henry Kissinger.

Dans une de ses dernières lettres adressées aux dirigeants démocrates chrétiens, Aldo Moro écrit sous la dictée peut-être, sous la surveillance certainement, de ses geôliers : « Si vous n’intervenez pas, une page terrifiante de l’histoire italienne sera écrite. Mon sang retombera sur vous, sur le parti, sur le pays. Que la sentence (la condamnation à mort décidée par les kidnappeurs, NDLR) soit appliquée dépendra de vous. Si la pitié l’emporte, le pays n’est pas perdu. » Aldo Moro ne savait pas que son sort était scellé par ses propres amis de la DC, particulièrement le sulfureux Andreotti, qui avaient décidé, en accord avec la direction du PCI, de ne pas répondre aux injonctions des Brigades rouges. Ce que le leader démocrate chrétien ne savait surtout pas, c’est que son enlèvement, puis sa mort avait été décidés à des milliers de kilomètres de Rome. Du côté de Washington…

Ceux qui, aujourd’hui encore, tentent d’expliquer la violence des groupes dits « révolutionnaires » se réfugient derrière le prétexte d’une « politique d’Etat répressive ». Ils feignent d’oublier les dérives sanglantes et les conséquences dramatiques pour la démocratie italienne d’une aventure programmée par d’autres. Ils passent sous silence la machiavélique manipulation dans laquelle sont tombés des jeunes italiens engoncés dans leurs certitudes sans lendemain.

Les archives des services nord-américains et britanniques récemment déclassifiées confirment que les Etats-Unis, la Grande Bretagne, la France et l’Allemagne avaient envisagé « une série de mesures » en 1976 pour « contenir » la puissance du PCI et la possible mise en œuvre du « compromis historique » ouvrant la voie à une alliance des communistes avec les démocrates chrétiens. En mai 1996, l’ex-directeur de la CIA, William Cosby avoue que Washington a versé de « grosses » sommes d’argent pour prévenir « le péril rouge ». Les archives britanniques - des centaines de documents – relatent des réunions diplomatiques, l’échange de correspondance entre les hommes au pouvoir en Occident, de multiples analyses. Un des textes intitulé « Italy and the communists : options for the West », propose de réfléchir à une action en « soutien à des actions subversives ».

Le secrétaire d’Etat américain, Henry Kissinger, spécialiste des coups tordus et des putschs comme celui qu’il a personnellement inspiré au Chili en 1973, souligne auprès de ses partenaires que les Etats-Unis « craignent » pour la sécurité de l’OTAN et qu’avec l’arrivée au gouvernement des communistes en Italie des documents sensibles, notamment dans le domaine nucléaire, pourraient « finir à Moscou ». A Bruxelles, on évoque une « possible catastrophe » si Enrico Berlinguer, secrétaire général du PCI, accède au pouvoir. On s’inquiète que les bases de l’OTAN en Italie soient infiltrées par des « fonctionnaires communistes ». On envisage même d’expulser l’Italie de l’Alliance Atlantique. C’est à partir de ces analyses que des plans sont élaborés par la CIA en liaison avec les services spéciaux italiens pour « infiltrer et financer » les organisations « en capacité de rompre le processus engagé en Italie ».

L’argent coule à flot, les armes transitent grâce à la mafia, de nombreux dirigeants démocrates chrétiens et socialistes ainsi que des chefs des services secrets italiens sont aux ordres. « Aux jeunes fous de jouer », s’exclamera, hilare, entre cigare et verre de cognac, Henry Kissinger, selon un ancien du département d’Etat. Kissinger ? Un sinistre personnage que l’on continue encore et encore à encenser alors qu’il a mené les pires opérations criminelles dans le monde.

José Fort la

Repost 0

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens