Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 13:35

Depuis sa prison, Marwan Barghouti a adressé un message à Nelson Mandela au lendemain de sa mort. Un texte à donner des frissons. Le dirigeant palestinien évoque l’action de Mandela pour la paix, la liberté, la justice, la réconciliation et conclut : « Nous promettons de poursuivre le combat pour nos valeurs communes ».

Depuis le siège du gouvernement colonialiste israélien, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait savoir qu’il ne se déplacerait pas pour les obsèques de Nelson Mandela « pour raison d’économies ». On ne savait pas ce personnage si précautionneux de l’argent de l’Etat, lui qui fait l’objet d’une enquête pour utilisation de fonds publiques à des fins personnelles.

La vérité est ailleurs. Israël a maintenu pendant de nombreuses années des relations étroites avec les racistes de Prétoria. Accords économiques et militaires, tests nucléaires en commun dans l’océan indien, soutien aux mercenaires encadrés par l’armée sud-africaine en Angola. Israël a été le dernier pays développé à soutenir le régime d’apartheid. Ceci explique cela.

Entre Marwan Barghouti et Benjamin Netanyahu notre choix est vite fait : d’un côté, la dignité, de l’autre la bassesse, d’un côté, le courage du combattant, de l’autre la morgue du colon. Nelson Mandela savait que les dirigeants de la droite israélienne et du Parti travailliste ne l’estimaient guère. A l’heure où l’hommage à l’ancien prisonnier de l’apartheid devenu président de la République est universel, les gouvernants israéliens ont montré au monde qu’ils étaient habités encore par la haine. Leur absence aux obsèques sous un prétexte lamentable sera la dernière victoire de Nelson Mandela, le véritable ami des peuples israélien et palestinien, l’homme de la réconciliation qui inspire Marwan Barghouti, ses camarades et les forces de paix d’Israël. Netanyahu a bien fait de ne pas faire le voyage de Soweto : il aurait pollué l’hommage.

José Fort

L'Humanité cactus, 12 décembre

Repost 0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 15:53

Gulnara Karimova a de quoi être inquiète. La fille d’Islam Karimov, le maître de l’Ouzbékistan depuis 1989, pressentie pour prendre la succession de son père n’est plus en odeur de sainteté à Tachkent. Rappel pour les inattentifs du cirque people. La sulfureuse Gulnara affiche plusieurs casquettes : femme d’affaires, ambassadrice, styliste... Elle est même star de la pop et a enregistré un clip avec Gérard Depardieu. Gulnara a amassé une fortune colossale et dépense à la pelle.

Au mois de juillet, elle est démise de son titre d’ambassadrice à l’ONU (à Genève) et son nom apparaît dans plusieurs affaires de blanchiment d’argent. La justice française, par exemple, s'intéresse au rachat de l’appartement parisien de l’animateur de télé Arthur pour environ 30 millions d’euros.

En septembre, sa sœur cadette -ambassadrice elle aussi mais à l’Unesco, on raffole des institutions internationales dans la famille - indique qu’elle ne lui parle plus depuis des années. Gulnara réplique en accusant sa mère et sa sœur de sorcellerie. En octobre, ses chaînes de télé et de radio sont fermées, son festival où doivent se produire des stars internationales est annulé, son cousin et proche collaborateur arrêté.

En novembre, Gulnara se rebiffe. Elle dénonce les abus du régime en matière de droits de l’homme, critique le chef de la sécurité du pays et surtout balance des tombereaux de joyeusetés sur sa mère et sa sœur en évitant de citer son père bien capable de la faire embastiller. C’est du Dallas à Tachkent où une famille en or se déchire sous fond d’argent mal acquis. Pour les fêtes de fin d’année, la famille Karimov n’a pas prévu de réveillonner ensemble comme au bon vieux temps où le patriarche dirigeait le parti communiste local. Le vieux restera à Tachkent, la fille cadette à Paris avec sa mère. Quant à Gulnara, elle serait en partance pour la Suisse, la neige helvétique étant plus sûre que celle d’Ouzbekistan.

Repost 0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 01:40

La poignée de mains entre Barack Obama et Raoul Castro lors de l’hommage à Nelson Mandela constitue un évènement médiatique, peut être politique. Il faudrait toutefois éviter d’aller trop vite en besogne.

Barack Obama ne pouvait pas monter les marches de la tribune du stade de Soweto, arriver devant le parterre des présidents et ne pas saluer le premier se présentant devant lui. La Maison Blanche évoque une rencontre « non programmée ». Quoi qu’il en soit, il y a des hasards ou des situations non contrôlées qui peuvent parfois déboucher sur des avancées politiques. Dans le cas des relations entre Cuba et les Etats-Unis les cartes restent entre les mains de Barack Obama.

Le président nord-américain, lors d’un bref séjour à Miami, a déclaré il y a quelques jours qu’il fallait « reconsidérer » les relations avec La Havane tout en confirmant son soutien aux adversaires de la révolution. Une chose est certaine : l’impérialisme nord-américain caresse toujours l’espoir de renverser le socialisme à Cuba.

Alors que le président Raoul Castro assure sa disponibilité à discuter sans condition mais dans le respect de chaque partie, Barack Obama pourrait facilement ouvrir la voie au rétablissement de relations civilisées entre son pays et Cuba. Il suffirait, par exemple, de lever le blocus économique infligé à Cuba, de libérer les quatre patriotes cubains injustement emprisonnés aux Etats-Unis, d’annuler tous les plans d’assassinats de la CIA contre les dirigeants cubains, de cesser les tentatives de déstabilisation contre La Havane, d’arrêter l’aide économique et logistique à la « dissidence » cubaine, de quitter Guantanamo, territoire cubain colonisé par Washington. Ainsi seraient créées les conditions pour des relations saines. Ainsi serait dépassé le simple épisode d’une poignée de mains.

José Fort

Repost 0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 19:04

Déclaration du Parti Communiste Sud-africain (South African Communist Party - SACP)

Voici la traduction par Nico Maury de la déclaration du PC sud-africain après le décès de Nelson Mandela

Note JF.On notera que le SACP indique que Mandela a été membre du parti communiste et même membre de son comité central jusqu’à son arrestation au mois d’août 1962. Il ne s’agit pas là d’une révélation mais l’information est peu connue, en France notamment.

Après son arrestation, puis lors de ses responsabilités publiques, Nelson Mandela a mené une politique de rassemblement sans appartenance (hors de l'ANC) tout en maintenant des relations chaleureuses et étroites avec le parti communiste. Voici la déclaration du PC sud africain.

« La nuit dernière des millions de personnes en Afrique du Sud , dont la classe ouvrière, les pauvres, et la population du monde entier, ont perdu un vrai révolutionnaire, le Président Nelson Rolihlahla Mandela, Madiba Tata .

Le Parti communiste sud-africain ( SACP ) se joint à la population d'Afrique du Sud et du monde pour exprimer ses plus sincères condoléances à Mme Graça Machel et à toute la famille Mandela après la perte de ce que le président Zuma a correctement décrit comme le plus grand fils de l'Afrique du Sud. Nous souhaitons également saisir cette occasion pour exprimer notre solidarité avec le Congrès national africain (ANC), une organisation qui l'a produit et qu'il a aussi servi avec distinction, ainsi que tous ses collègues et camarades de notre mouvement de libération .

Comme l'a dit Tata Madiba : " Ce ne sont pas les rois et les généraux qui font l'histoire, mais les masses populaire, les ouvriers, les paysans ... "

La mort de Mandela marque la fin de la vie d'un des plus grands révolutionnaires du 20e siècle, qui se sont battus pour la liberté et contre toutes les formes d'oppression dans leurs pays et dans le monde . Dans le cadre des masses qui font l'histoire , la contribution de Mandela dans la lutte de courage pour la liberté c'est propagée dans l'ensemble des membres et dirigeants de notre mouvement de libération révolutionnaire nationale dirigé par l'ANC. Mandela est un brave soldat, courageux , patriote et internationaliste, qui , pour citer Che Guevara, était un vrai révolutionnaire guidé par de grands sentiments d'amour pour son peuple, une caractéristique remarquable des révolutionnaires et de toutes les véritables personnes .

Lors de son arrestation, en août 1962, Nelson Mandela était non seulement membre du Parti communiste sud-africain alors clandestin, mais également membre du Comité central de notre Parti . Pour nous, communistes d'Afrique du Sud , Mandela est toujours le symbole de la contribution du SACP dans notre lutte de libération . La contribution des communistes dans la lutte pour la liberté en Afrique du Sud a très peu d'équivalent dans l'histoire de notre pays. Après sa sortie de prison en 1990, Madiba est devenu un grand et un ami proche des communistes jusqu'à ses derniers jours .

L' un des principaux enseignements que nous devons tirer des leçons de Mandela est son engagement pour l'unité de nos formations politique dans l'Alliance, ainsi que l'unité de l'ensemble du mouvement démocratique de masse. La génération de Mandela a lutté pour construire et consolider l'unité de notre Alliance, et nous devons donc, à la mémoire de Madiba, préserver l'unité de notre Alliance. Ceux qui ne comprennent pas cette mesure il faut savoir que beaucoup de sang a été versé et qu'il ne faut pas jeter de la boue à l'héritage et sur la mémoire de Madiba pour l'unité de notre Alliance .

Le SACP a soutenu Madiba pour la réconciliation nationale . Mais la réconciliation nationale, pour lui, n'a jamais voulu dire la fin de la lutte des classes et la fin d'autres luttes contre les inégalités sociales dans notre société, comme certains voudraient nous faire croire aujourd'hui. Pour Madiba, la réconciliation nationale était une plate-forme pour poursuivre l'objectif de la construction d'une société sud-africaine plus égalitaire, éloignée du fléau du racisme, du patriarcat et des inégalités flagrantes. Une véritable réconciliation nationale ne peut se faire dans une société encore caractérisée par le trou béant des inégalités et de l'exploitation capitaliste.

En l'honneur de ce brave combattant, le SACP va intensifier la lutte contre toutes les formes d'inégalité, y compris intensifier la lutte pour le socialisme, comme la seule solution politique et économique aux problèmes de l'humanité .

Pour le SACP, la disparition de Madiba doit donner à tous les Sud-Africains l'espoir d'une Afrique du Sud démocratique, et qui toujours d'une manière ou d'un autre, même à l'époque de la domination blanche, doit se réconcilier avec une Afrique du Sud démocratique fondée sur le principe de la règle de la majorité .

Nous appelons tous les Sud-Africains à imiter son exemple d'abnégation, de sacrifice, d'engagement et de service à son peuple .

Le SACP dit Hamba Kahle Mkhonto !

Traduction Nico Maury

Repost 0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 00:46

Editorial de « l’Humanité » au lendemain de l’élection de Nelson Mandela à la Présidence de la République sud-africaine

Au printemps 1962, Nelson Mandela effectua, pour la première fois de sa vie, un voyage à l’étranger. Un périple au cours duquel il participa à la Conférence panafricaine. Puis il séjourna à Londres. « Cette tournée m’a laissé une très forte impression. Pour la première fois dans ma vie, j’étais un homme libre. Libre de l’oppression blanche, de l’idiotie de l’apartheid et de l’arrogance raciale, libre des coups de la police, libre de l’humiliation et de l’indignité. Partout où j’allais, j’étais traité en être humain. » Hier, peu avant midi, Nelson Mandela a été élu à l’unanimité, par la nouvelle Assemblée nationale, président de la République sud-africaine. A ce moment précis, nous avions en tête les images du plus ancien prisonnier du monde et sa libération un jour du mois de février 1990. Il n’y a aucune honte à dire que, devant notre écran de télévision, nous y sommes allés de notre larme. La lutte contre le racisme, pour la liberté et la démocratie trouvait en cet instant un accomplissement.

En écoutant les hymnes sud-africains, il y a fort à parier que l’ancien banni de Robben Island pensait à ses frères de combat tombés au cours de ces longues années de clandestinité et de détention, tous ceux qui ont été assassinés, torturés, emprisonnés parce qu’ils combattaient l’apartheid, ce régime raciste institutionnalisé que certains en France et ailleurs soutenaient indignement. Monsieur le Président Mandela, camarade Nelson, nous vous souhaitons une longue vie, du bonheur et de la réussite dans votre immense tâche. Votre succès, celui de l’ANC et du peuple sud-africain, Noirs, Blancs, Indiens et métis confondus, confirment que la marche du monde, malgré malheurs et douleurs, peut être aussi ponctuée de succès, de victoires, d’optimisme.

Hier, en milieu de journée, le peuple sud-africain était en fête. Pas seulement lui. L’élection de Nelson Mandela constitue un progrès considérable dans la dure marche émancipatrice des peuples africains, un exemple significatif pour l’ensemble de ce continent : la liberté, la souveraineté et la démocratie peuvent être conquises. Mais on aurait tort de limiter cet événement historique à la seule Afrique. Le monde entier, hier, avait les yeux rivés sur Le

Cap. Qu’ont ressenti les Noirs nord-américains et leurs frères latinos, sinon une immense et légitime fierté, un énorme espoir ? Qu’ont perçu tous ceux qui souffrent et se battent, sinon un encouragement à ne jamais baisser les bras, même aux pires moments, lorsque l’on croit que tout est perdu ?

Le nouveau président sud-africain a indiqué dans son premier discours que « tout restait à faire ». Il a invité à « l’unité dans la diversité » pour sortir une partie importante de la population du sous-développement. Nelson Mandela se veut rassembleur, homme de droit, de justice, de liberté. Dans son combat, il rencontrera des obstacles et des oppositions parfois violentes. Le soutenir, l’aider n’est pas seulement un acte de solidarité, c’est aider l’Afrique et le monde à changer.

José Fort

Repost 0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 23:32

C’était peu de temps après sa libération. Nelson Mandela effectuait un voyage en France à l’invitation de François Mitterrand.

Il était tard et je m’apprêtais à quitter le siège de « l’Humanité » lorsque le téléphone sonna. Le journaliste de permanence répondra, pensais-je, puis, comme guidé par une intuition, je rebroussais chemin jusqu’à mon bureau et décrochais. En ligne, un conseiller de Nelson Mandela avec qui j’étais en relation depuis des années m’informait que le leader de l’ANC récemment libéré recevrait « l’Humanité » le lendemain matin à 10h au château de la Celle-Saint-Cloud, une résidence de la République française. « Soyez ponctuel », insista-t-il, M. Mandela doit être à l’Elysée à midi. »

Bien avant l’heure fixée, Claude Kroës, en charge de l’Afrique à la rédaction de l’Huma, le photographe des bons coups, Jean Texier, et moi attendions devant la porte du château. Les policiers de faction, après avoir consulté je ne sais qui, nous accompagnèrent jusqu’à un salon et disparurent.

C’est un homme paisible, souriant, à la taille imposante qui fit irruption dans la pièce. « Je sais ce que « l’Humanité » a fait pour ma libération et pour faire connaître la lutte contre l’apartheid. Vous étiez le premier média en France à nous témoigner votre solidarité, vous êtes donc les premiers à qui je m’adresse en arrivant à Paris. » Sa main large et forte sur mon épaule rappelait une jeunesse tumultueuse sur les rings de boxe pour amateurs. Et lorsque nous lui demandions, comment devions-nous l’appeler, il répondit tout de go : « Et si vous m’appeliez camarade ? »

Celui qui venait de passer tant d’années en prison et allait être élu président de l’Afrique du sud se projetait dans l’avenir de son pays en déclarant : « Notre politique est favorable à une Afrique du Sud non raciste, véritablement démocratique et, à cet égard, le mérite personnel sera pour nous le seul critère pertinent. Ce qui signifie que nous sommes prêts à travailler avec tous les groupes nationaux, avec les Noirs et avec les Blancs. »

José Fort

Repost 0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 23:11

Longtemps, Nelson Mandela est resté dans l’anonymat. Dans les années 1980, la plupart des Français et des Européens ne connaissaient pas son nom. Son combat contre l’apartheid n’intéressait pas les puissants de ce monde. La Première ministre britannique de l’époque, Mme Thatcher, celle à qui les élus de la droite parisienne voulaient attribuer récemment le nom d’une rue, qualifiait Mandela de « terroriste ». Sous la présidence de François Mitterrand, le gouvernement de Michel Rocard refusait de rompre les relations économiques de la France avec le régime raciste de Pretoria. La plupart des gouvernements européens maintenaient des relations cordiales avec le pouvoir sud-africain. Au même moment, la représentante de l’ANC à Paris, Dulcie September, était assassinée près des grands boulevards par des tueurs à la solde du pouvoir raciste.

Nelson Mandela était à l’époque un personnage peu fréquentable pour les gouvernements de droite et socialiste européens. Le Parti communiste français, seule formation politique, les jeunes communistes, « l'Humanité » menaient campagne pour la libération de Nelson Mandela et la mobilisation contre l’apartheid. Manifestations devant l'ambassade sud africaine durement réprimées, fêtes de l'Huma, affiches, tracts, numéros spéciaux de « l’Humanité » avec Mandela comme drapeau. Ceux qui n'ont rien fait pour la libération de Mandela et se complaisaient dans des relations complices avec le régime raciste sud-africain ont depuis

célébré à la « people » celui qui symbolise un combat qu'ils n'ont jamais partagé. Nelson Mandela ne se faisait aucune illusion sur l’hypocrisie de beaucoup des gens célèbres qui venaient jusqu’à lui. Il acceptait ce rituel indiquant discrètement : « Il faut passer par là pour le bien de notre pays. »

José Fort

Repost 0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 15:37

Vendredi soir à Paris. Meeting électoral du parti de gauche.

Voici les premières minutes du discours de Jean-Luc Mélenchon non reprises dans la presse.

"Je suis ici avec vous comme je l'étais il y a à peine une semaine à Garges-lès-Gonesse à côté de mon camarade Francis Parny, dirigeant du Parti communiste français, comme je l'étais à Pau aux côtés d'Olivier Dartigolles, dirigeant du Parti communiste français, pour la liste autonome qu'il dirige, comme je l'étais à Tarbes auprès de Marie-Pierre Vieu, dirigeante nationale du Parti communiste français, pour la liste autonome qu'elle dirige là bas.

Il n'est pas vrai qu'il y ait d'un côté le parti communiste qui va s'accorder avec les socialistes et de l'autre tous les autres , ce n'est pas vrai … ensemble les communistes et tous les autres avancent derrière leur beau drapeau sans tache parce qu'ils ne se compromettent dans aucun arrangement, aucune combine, aucun marchandage de 2eme ordre comme celui auquel nous avons assisté à Paris ...

... Camarades ouvrez les bras, les communistes sont avec nous.

Les dirigeants communistes qui se sont égarés à cette occasion, je ne me résigne pas à les voir du mauvais coté. Je leur lance un appel :

faites comme la plupart des autres dirigeants communistes du pays ! Rompez les rangs ! Rompez ces attaches pourries avec les socialistes du 1er tour ! …"

Repost 0
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 20:58

Profiteurs, égoïstes, rapaces insensibles aux difficultés des plus jeunes, bouffeurs de privilèges, pilleurs de la société. La bataille idéologique visant à culpabiliser les retraités bat son plein

Alain Minc, le visiteur du soir de l’Elysée du temps de Sarkozy, administrateur de plusieurs sociétés, plein aux as comme on dit familièrement, invitait dans un article resté célèbre les vieux à ne pas trop tarder à quitter ce monde. En voyant son père agonir et constatant que l’accompagnement médical coûtait « trop cher », le fils indigne de l’ancien militant communiste en tirait la conclusion qu’il fallait faire des économies en matière de santé. Minc qui se fait soigner à l’hôpital américain de Neuilly, à plusieurs milliers d’euros la nuitée, est un précurseur. Depuis, sous un vocabulaire hypocritement châtié mais dans une ligne idéologique calibrée au plus juste, la chasse aux retraités est ouverte. Tous les coups sont permis.

D’abord, il faut culpabiliser les retraités en leur tenant à peu près ce langage : en cette période de crise, alors que la population active peine à trouver du travail et que les jeunes ont besoin de notre aide, vous vous recroquevillez sur vos acquis. Ce discours est tenu généralement par le patronat, les milieux les plus aisés et leurs relais médiatiques chargés de pervertir les esprits couchés et faibles.

Les retraités sont-ils des profiteurs alors que des millions d’entre eux surtout les veuves vivent chichement avec moins de 700 euros par mois ? S’il est vrai qu’une frange de la population retraitée dispose encore de ressources assurées, le pouvoir d’achat pour l’immense majorité tend à se réduire considérablement.

Des paresseux ceux qui ont travaillé plus de quarante ans ? Des profiteurs de la politique de santé ceux qui souhaitent vivre plus longtemps? Ceux qui ont gagné de haute lutte l’allongement de la durée de vie? Ceux qui ont conquis et préservé la sécurité sociale. Ceux qui ont arraché au patronat des droits sociaux ? Des privilégiés parce que certains partent en vacances, la plupart du temps en groupes hors saison ?

Les nouveaux boucs émissaires sont affichés : les retraités. Pas les retraités du CAC 40 partis avec des parachutes dorés, pas les cumulards de la politique, pas les grandes fortunes souvent planquées à l’étranger. En cette fin d’année 2013, les boucs émissaires sont ceux qui ont peiné toute leur vie et tente de se construire dignement la dernière partie de leur vie. Cette campagne s’apparente à d’autres : le travail le dimanche, la baisse acceptée des salaires au nom de prétendus sauvetages des entreprises, le choix pervers des mots comme le « coût » du travail, les « partenaires » sociaux etc…

C’est un fait. Les jeunes vivent plus mal que leurs parents. Pour leur faire accepter les stages non rémunérés, les bas salaires, les horaires décalés, les emplois précaires, le patronat et ses têtes pensantes alimentent une prétendue guerre intergénérationnelle : les vieux contre les jeunes, la méfiance à l’égard de l’étranger, la haine de l’autre. Ce n’est bien entendu pas en restant l’arme au pied, en regardant passer le train des attaques contre les droits des retraités et de la population jeune et âgée que l’on pourra résister à l’entreprise patronale accompagnée, malheureusement et malgré les promesses électorales, de l’actuel gouvernement. L’heure, plus jamais, est à l’action réunissant jeunes et retraités, femmes et hommes, syndiqués et ceux qui peuvent le devenir. Les retraités font entendre leur voix. Les véritables « salauds » devraient les entendre au risque sinon de les retrouver autrement que la fleur à la boutonnière. Dans le rue, par exemple.

José Fort

Vie Nouvelle, décembre 2013

Repost 0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 16:14

Rob Ford? Vous avez certainement aperçu le visage porcin du maire de Toronto à la télé. Il reste encore officiellement premier magistrat de la capitale de l’Ontario au Canada, une des plus importantes places financières du monde. Le conseil municipal l’a dessaisi de la plupart de ses prérogatives au bénéfice de son premier adjoint, Norm Kelly.

Rob Ford les accumule. Destitué une première fois en novembre 2012 pour « conflits d’intérêts », rétabli dans ses fonctions par la cour d’appel, il vient de se faire coincer dans des sales affaires : consommation de crack, achat de drogues diverses, conduite en état d’ivresse, proximité avec le crime organisé, agressions sexuelles contre des employées de la mairie violences contre l’une d’entre elles… Bref, la panoplie du parfait voyou convaincu que le pouvoir donne tous les droits.

Rob Ford est un militant actif du parti conservateur canadien. Il a mené campagne en faveur de son ami, l’actuel Premier ministre Stephen Harper. Rob que l’on croise souvent dans les bars et les boîtes de nuit dans un état avancé affiche un riche bilan : il s’est distingué depuis son élection par une réduction drastique des dépenses publiques, une baisse sensible des impôts pour les sociétés, des largesses nouvelles pour les boîtes de nuit et la protection de plusieurs crapules fichés au grand banditisme.

L’heure de sa déchéance est-elle arrivée ? Ses frasques à répétition ne semblent pas provoquer un raz de marée d’hostilité. Si 44% des électeurs demandent des élections anticipées, 42% d’entre eux soutiennent le personnage.

Bob le répète avec son langage fleuri : « Ici presque tout le monde m’aime à part quelques journaleux de merde et des gauchistes attardés. Je vais leur en faire voir à chier sur les murs ». Au train où vont les choses, si une nouvelle élection était convoquée, Rob pourrait bien être réélu au poste de maire. Sous les applaudissements.

José Fort

L’Humanité cactus 28/11

Repost 0

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens