Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 19:44

L'auteur des SAS n'est peut être pas votre tasse de thé. Moi, j'ai souvent lu ce fieffé réac qui savait comme personne décrire un pays, une situation, un moment de la vie internationale. Avant d'écrire un SAS, il allait sur le terrain et en le lisant il y a avait toujours autres choses que des filles aux seins nus et des tirs de révolver. Je l'ai connu. A deux reprises: la première lorsqu'il a écrit SAS à Lisbonne après la révolution des oeillets (où il avait mis en scène un journaliste de l'Huma, Antoine Acquaviva), la seconde avec SAS à Kaboul ( avec l'envoyé spécial de l"Huma, Francis Crémieux) .

3

Repost 0
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 19:09

Ils ne sont plus que trois Français retenus au Qatar contre leur gré après l’octroi, hier, d’un visa de sortie du territoire obtenu par Stéphane Morello, entraineur de football. Trois otages d’un système féodal avec lequel le gouvernement français entretient d’excellentes relations à tel point que les négociations en cours se déroulent comme lors d’une lune de miel inachevée. Ici, pas de transferts de valises ou plutôt pas dans le sens habituel : le Qatar investit à la pelle en France.

Le Qatar pour certains, c’est l’eldorado alors que plusieurs de nos compatriotes sont otages dans ce pays : Zahir Belounis, footballeur franco-algérien, Jean-Pierre Marongiu et Nasser Al-Awartany, deux chefs d’entreprise, font actuellement l’amère expérience des particularités de la législation qatarie. Pour travailler dans ce pays, un étranger doit en effet avoir un sponsor. Il s’agit le plus souvent d’une entreprise ou d’un particulier qui parraine l’étranger et lui délivre son visa d’entrée et de sortie. Une brouille dans la relation entre le sponsor et le ressortissant prive ce dernier d’"exit permit", indispensable à toute sortie du territoire. Et comme l’interlocuteur est souvent un proche de la famille royale, il dispose d’un pouvoir sans limite.

L’histoire de Zahir Belounis, annoncé libérable dans les prochains jours, mérite le détour. Le footballeur franco-algérien, arrivé au Qatar en 2007, est accueilli avec tous les honneurs. Six années plus tard, le sportif porte plainte contre son club qui ne lui verse plus de salaire depuis deux ans. En portant l’affaire devant les tribunaux, le joueur de football s’est vu privé du précieux document l'autorisant à quitter l'émirat. "Depuis, j’ai dû mettre fin à ma carrière de footballeur pour avoir porté plainte et je suis coincé au Qatar sans aucune ressource financière et un loyer de 4000 euros à régler tous les mois", confie le sportif à FRANCE 24. Soutenu psychologiquement et financièrement par sa famille et ses amis, il n’aspire qu’à une chose : rentrer en France.

Le cas des deux autres ressortissants n’est guère plus réjouissant. "Ces Français séquestrés par le Qatar sont tout simplement privés de leur famille, de leur argent et du bien le plus précieux, celui de leur liberté individuelle", s’indigne Franck Berton, l’avocat des quatre expatriés français, dans un entretien accordé à FRANCE 24. « La législation qatarie réduit les ressortissants étrangers à l’esclavage moderne et la situation ne risque pas de hanger de si tôt", s’inquiète Jean-Marie Fardeau, directeur du bureau français de Human Rights Watch qui souligne le triste sort des travailleurs sri lankais, bangladais, venus en masse pour travailler sur les travaux de la Coupe du monde de football".

José Fort

Repost 0
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 13:39

Trente cinq chefs d’Etat (parmi lesquels Angela Merkel et le président mexicain) ont été espionnés par la National Security Agency, la désormais célèbre NSA. Pas de quoi se relever la nuit. Les grandes oreilles US fonctionnent à plein depuis longtemps. Sauf que cette fois, on apprend que les chefs d’Etat « amis » sont surveillés jusque dans leur vie privée. Imaginez une nuitée sauvage d’Angela Merkel retransmise en direct à Washington avec son en 3d assuré. Sachez qu’en ce moment même, Ies ordinateurs géants de la NSA sont en train de stocker ces quelques lignes et vos profils. Désolé, vous venez d’être repéré.

L’espionnage, en gros, on connaît. En revanche, les tentatives réussies ou pas d’assassinats de dirigeants de la planète mériteraient un peu plus de publicité. Les documents déclassifiés de la CIA indiquent que Fidel Castro a fait l’objet d’un peu plus de 600 tentatives d’assassinats allant du cigare explosif à la combinaison de plongée empoisonnée, d’une tribune bourrée de dynamite aux produits provoquant la chute de la barbe. Ce que l’on sait moins, c’est que ces dernières années des gouvernants sud-américains comme Hugo Chavez et d’autres ont fait l'objet d'empoisonnement à base de substances radioactives.

En l’espace de quelques mois plusieurs dirigeants sud-américains ont été hospitalisés alors que Hugo Chavez était au plus mal : Cristina Kirchner (Argentine) cancer de la thyroïde, Fernando Lugo (Paraguay) cancer lymphatique, Lula (Brésil) cancer de la gorge, Dima Roussef qui lui a succédé, cancer lymphatique.

On se souvient de l’hospitalisation à Paris de Yasser Arafat le visage ravagé par le mal. A l’époque, plusieurs médecins affirmaient déceler les symptômes d’un empoisonnement au polonium. Il y a quelques jours, un laboratoire suisse a retrouvé des traces radioactives sur les vêtements et le corps du leader palestinien. Un nouvel Edward Snowden, un jour peut être, nous en dira plus.

José Fort

L’Humanité cactus, 31 octobre

Repost 0
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 13:37

Trente cinq chefs d’Etat (parmi lesquels Angela Merkel et le président mexicain) ont été espionnés par la National Security Agency, la désormais célèbre NSA. Pas de quoi se relever la nuit. Les grandes oreilles US fonctionnent à plein depuis longtemps. Sauf que cette fois, on apprend que les chefs d’Etat « amis » sont surveillés jusque dans leur vie privée. Imaginez une nuitée sauvage d’Angela Merkel retransmise en direct à Washington avec son en 3d assuré. Sachez qu’en ce moment même, Ies ordinateurs géants de la NSA sont en train de stocker ces quelques lignes et vos profils. Désolé, vous venez d’être repéré.

L’espionnage, en gros, on connaît. En revanche, les tentatives réussies ou pas d’assassinats de dirigeants de la planète mériteraient un peu plus de publicité. Les documents déclassifiés de la CIA indiquent que Fidel Castro a fait l’objet d’un peu plus de 600 tentatives d’assassinats allant du cigare explosif à la combinaison de plongée empoisonnée, d’une tribune bourrée de dynamite aux produits provoquant la chute de la barbe. Ce que l’on sait moins, c’est que ces dernières années des gouvernants sud-américains comme Hugo Chavez et d’autres ont fait l'objet d'empoisonnement à base de substances radioactives.

En l’espace de quelques mois plusieurs dirigeants sud-américains ont été hospitalisés alors que Hugo Chavez était au plus mal : Cristina Kirchner (Argentine) cancer de la thyroïde, Fernando Lugo (Paraguay) cancer lymphatique, Lula (Brésil) cancer de la gorge, Dima Roussef qui lui a succédé, cancer lymphatique.

On se souvient de l’hospitalisation à Paris de Yasser Arafat le visage ravagé par le mal. A l’époque, plusieurs médecins affirmaient déceler les symptômes d’un empoisonnement au polonium. Il y a quelques jours, un laboratoire suisse a retrouvé des traces radioactives sur les vêtements et le corps du leader palestinien. Un nouvel Edward Snowden, un jour peut être, nous en dira plus.

José Fort

L’Humanité cactus, 31 octobre

Repost 0
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 11:37

En découvrant les visages des otages français mercredi à Villacoublay, chacun pouvait mesurer leur joie après trois années de captivité vécues dans des conditions extrêmes. Le retour à la vie de ces hommes mériterait de rester la seule information à retenir de cette journée. Sauf que certains et au plus haut de la hiérarchie de l’Etat tentent de nous mener en bateau, de nous faire croire n’importe quoi, bref de nous prendre pour des billes en affirmant : il n’y a pas eu de rançon.

Nos quatre concitoyens auraient été libérés sur la bonne mine des gouvernants français et de la DGSE. Sauf que, encore, plusieurs sources affirment que 20 millions d’euros auraient été transférés dans les poches des ravisseurs et de leurs commanditaires. Ca fait du monde.

Les remerciements appuyés des dirigeants français au président du Niger Mahamadou Issoufrou méritent qu’on s’arrête un moment sur le personnage. Le président du Niger élu en 2011 dispose d’une carte de visite à rallonge : ancien Premier ministre, ex-Président de Assemblée nationale. Jusque là, une trajectoire banale de politicien. Sauf que, encore et encore, on oublie d’où vient l’impétrant : ingénieur des mines de formation, directeur de la mine d’Arlit, appartenant à Areva, qui le soutien en 1991 lorsqu’il entame une carrière politique. Le soutient ? Plutôt le projette dans cette aventure car Areva a besoin d’investir sur l’avenir.

Prenons les paris. Officiellement les autorités françaises n’ont pas déboursé le moindre centime. En revanche, les réseaux Areva, le président du Niger qui ne peut rien refuser à ses ex patrons et quelques barbouzes ont du voir transiter pas mal de valises. Quant aux intermédiaires, ils ont du se goinfrer au max.

José Fort

Repost 0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 03:22

La Cour de cassation de Doha a confirmé la peine de 15 ans de prison prononcée en appel contre un poète qatari pour un poème jugé critique du régime du Qatar. Mohamed Al-Ajmi, alias Iben al-Dhib, avait été arrêté en novembre 2011 pour un poème saluant le Printemps arabe et exprimant l'espoir qu'il s'étende aux monarchies du Golfe. Condamné le 29 novembre 2012 à la prison à perpétuité pour « atteinte aux symboles de l'Etat et incitation à renverser le pouvoir », sa peine avait été réduite en appel en février dernier à 15 ans de prison. « C'est un jugement politique et non judiciaire », a déclaré Me Naïmi, ancien ministre de la Justice du Qatar, déplorant que ses appels à rouvrir l'enquête pour rejuger son client n'aient pas eu de suite. Pendant le procès, l'avocat avait fait valoir qu'il n'y avait « aucune preuve que le poète ait prononcé en public le poème pour lequel il était jugé » et assuré que le texte avait seulement été récité « dans son appartement ».

Avez-vous entendu une protestation, une indignation à Paris. Rien. Nada. Pour cause. Les « grands » intellectuels fatigués ont pris quelques jours de vacances, poètes compris ; les médias n’ont plus de journalistes disponibles, la réserve ayant pris le chemin du Kosovo pour alimenter la campagne « une famille pas très classe ». Quant au gouvernement et Mme la Ministre de la Culture, la règle est scrupuleusement observée : silence dans les rangs.

Faut comprendre. Au moment où les pétro dollars tombent à foison sur les palaces parisiens, le foot, les grands magasins, des immeubles de luxe et y compris sur des associations bidons, un choix s’impose : le fric ou le poète ? Le fric sans hésitation. Que valent quelques vers face cette manne bien agréable à palper, même en se bouchant le nez, et alors qu’il s’agit d’une simple mise en bouche prélude à un glouton festin ?

José Fort

L’Humanité cactus 24 octobre

Repost 0
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 06:30

Ainsi donc est prouvé que 35 dirigeants occidentaux ( parmi lesquels Angela Merkel et le président mexicain pourtant fidèles alliés des Etats-Unis) ont été espionnés par les services US. Cela n'est vraiment pas une surprise mais une question revient à la surface: des dirigeants sud américains comme Chavez et quelques autres comme Yasser Arafat n'ont-ils pas fait l'objet d'empoisonnement à base de substances radioactives?

Repost 0
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 09:20

Selon l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), la marque « Front de Gauche », et son logo, auraient été déposés le 28 juillet 2009 par Gabriel AMARD, élu ex-PS actuellement secrétaire National du Parti de Gauche, et domicilié en cette qualité pour le dépôt au siège du Parti de Gauche.

Le PCF, la Gauche unitaire et tous les partenaires et associés constituant le Front de gauche, eux, n’ont aucun droit sur le nom, la marque, et le logo officiel « FRONT DE GAUCHE ».

Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 15:06

Un chef terroriste, responsable de l’explosion en plein vol d’un avion commercial cubain parade actuellement à Miami en toute liberté. Son nom : Luis Posada Carriles. Les dirigeants états-uniens affirment agir contre le terrorisme et protègent le tueur responsable d’une tragédie que les Cubains n’ont pas oubliée.

C’était le 6 octobre 1976. J’étais ce jour là à La Havane. Il était 18h15 et j’entrais dans les bureaux de l’agence Prensa latina d’où je transmettais mes articles. Ici, on m’offrait un café, là on m’adressait un salut, là une blague. Les machines crépitaient dans une ambiance sympa et décontractée. Tout à coup, un étrange silence se fit à l’étage : une dépêche venait de tomber annonçant une explosion à bord du vol cubana 455, cinq minutes après le décollage de Bridgetown, la capitale de La Barbade. Plus tard, une autre dépêche indiquait que tous les passagers parmi lesquels vingt quatre membres de l’équipe cubaine d’escrime, plusieurs officiels et les membres de l’équipage avaient péri dans l’attentat. Avant de disparaître dans les flots, les pilotes cubains avaient adressé un message à la tour de contrôle : « explosion à bord ». L’enquête confirmera que les poseurs de la bombe étaient dirigés par Luis Posada Carriles, ancien agent de la CIA de 1965 à 1976 puis membre de la police secrète vénézuélienne.

Luis Posada Carriles tient aujourd’hui table ouverte à Miami. Il a reçu, il y a quelques jours et sous les flashs des caméras, le « dissident » cubain Guillermo Fariñas en tournée aux Etats-Unis. Pendants ce temps, quatre patriotes cubains croupissent dans les geôles US pour avoir tenté de démanteler, avec l’accord du FBI, les groupes terroristes installés dans la capitale de la Floride. Lorsque vous entendrez les dirigeants yankees évoquer le terrorisme, pensez au tueur Luis Posada Carriles et aux quatre prisonniers cubains : Ramon, Gerardo, Ruben et Antonio.

José Fort

L’Humanité cactus 17 octobre

Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 09:50

En un peu plus d'un an, Hollande et son gouvernement auront réussi à provoquer la colère de millions de salariés, de chômeurs, de citoyens qui avaient voté pour le changement et pas pour les actionnaires. Il viennent de réaliser un autre exploit: mettre dans la rue les lycéens, bientôt une jeunesse révoltée par les expulsions à la chaîne. Il y a eu dans notre histoire récente plusieurs mobilisations lycéennes puis étudiantes: la loi Devaquet, par exemple. Il y aura désormais le refus de la politique d'exclusion de Valls.

Repost 0

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens