Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 20:07

Pour DiversesCités

 

 

La réunion du Groupe dit des 20 qui vient de se  tenir à Séoul en Corée du Sud s’est achevée comme un non événement. La France va présider ce groupe durant l’année 2011 plus généralement qualifié les « nouveaux maîtres du monde ».

Le groupe des 20 (19 pays plus l’Union européenne) a été créé en 1999 après la succession des crises financières. Il représente 80% du commerce international et 90% du produit mondial brut. L’immense majorité des pays de la planète est exclue de ce club qui regroupe 19 chefs d’Etat et de gouvernement, leurs ministres des finances, les gouverneurs des banques centrales. Pour les experts du FMI actuellement dirigé par Dominique Strauss Kahn, « la gouvernance mondiale ne pourra évoluer qu’à travers le G20 » qui accueille non seulement le FMI mais aussi le président de la banque mondiale, celui du comité monétaire et financier international. Exit l’ONU  rangée par les grandes puissances aux rayons des vieilleries.

Quel bilan de la réunion de Séoul ? Selon la plupart des observateurs,  ce sommet s’est terminé sur un échec aucune des grandes questions  - les problèmes monétaires, les matières premières - n’ayant trouvé un compromis. Les maîtres du monde ont joué à minima en adoptant un texte reportant à plus tard la recherche d’accords.

 Lors des dernières réunions  du groupe des 20, à Washington, à Londres, à Pittsburg, en pleine crise, les chefs d’Etat et de gouvernement avaient tenu de vifs propos sur « la nécessaire régulation du capitalisme », sur les paradis fiscaux, les traders… en se retrouvant pour débloquer des milliards d’euros et de dollars en faveur des banques. A Séoul, rien de tout cela. La pauvreté dans le monde, l’emploi, la juste répartition des richesses  n’ont pas fait l’objet d’échange dans la capitale sud-coréenne, encore moins d’engagement d’actions. La France va présider ce groupe qui a décidé la tenue d’un « séminaire » sur les monnaies en Chine au printemps prochain et rien de plus.  Les maîtres du monde ne sont pas en manque d’idées. Ils roulent pour eux et seulement pour eux.

José Fort

Repost 0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 16:11

« As-tu lu le dernier livre de Roger Garaudy ?  Qu’en penses-tu ? ». Au parloir de la prison de Carabanchel dans la banlieue de Madrid, Marcelino Camacho avait délaissé un moment sa femme Josefina poussant le leader communiste asturien Horacio Inguanzo à qui je rendais visite pour me poser la question. Je ne le connaissais pas et Horacio me dit : « C’est Camacho, le leader syndicaliste, avaleur de livres, mon camarade de parti et ami très proche ». C’était au mois d’août 1973, trois ans avant la mort de Franco. Camacho et Inguanzo avaient été condamnés par la dictature à vingt ans de prison.

Le  futur fondateur des Commissions ouvrières (CC.OO) avait déjà une vie bien remplie : d’abord six ans de prison après la guerre d’Espagne pour « participation à la rébellion » puis interné dans différents camps de travaux forcés avant d’être transféré à Tanger d’où il s’échappe, passe au Maroc sous tutelle française et se retrouve à Oran. Il aimait cette ville où il a appris une langue française teintée d’espagnol et d’arabe. Un soir à Paris dans les années 1980, reçu par Roland Leroy au siège de « l’Humanité », Camacho nous avait fait passer un moment savoureux en déclinant un discours… coloré.

Marcelino Camacho et sa famille rentrent en Espagne en 1957. Dure période. Ouvrier métallurgiste dans l’entreprise Perkins Hispania, il a le culot de se présenter à l’élection du comité d’entreprise dans le syndicat vertical lié au pouvoir. « Il fallait, précisera-t-il plus tard, profiter de toutes les possibilités pour organiser la lutte contre le régime et améliorer les conditions de vie des travailleurs ». En 1964, il crée la Commission ouvrière de la métallurgie de Madrid, sous le nom de Commission provinciale des délégués et représentants syndicaux. Il s’agissait de la première  Commission ouvrière de nature permanente à l’origine de la Confédération syndicale des Commissions ouvrières (CC.OO) qui compte aujourd’hui près de trois millions d’adhérents.

 A partir de 1965, il passe de nombreuses journées et nuits dans les locaux de la brigade politico-sociale. Il est emprisonné en 1967 et il lui faudra attendre la mort de Franco pour recouvrer la liberté. C’était en 1976. Cette même année, Marcelino Camacho est élu premier secrétaire général des Commissions ouvrières. Il fut aussi élu député du parti communiste d’Espagne lors de la période de transition (1977) mais quitta rapidement cette fonction « pour éviter tout conflit entre la discipline de vote du parti et la fidélité aux intérêts des travailleurs. »

A chaque voyage en Espagne que j’effectuais pour « l’Humanité », je rendais visite à Marcelino devenu un personnage incontournable de la vie politique et sociale du pays. J’avais souvent un bouquin à offrir à « l’avaleur de livres ». « Tu es libre demain, me dit-il un jour, si oui viens avec moi à Barcelone. »

A peine débarqué dans la capitale catalane, j’ai pu constater la popularité de Camacho. Difficile de se frayer un chemin dans l’aéroport. Dans la voiture, un responsable syndical annonçait le programme de la journée. Rencontres avec les salariés de la Telefonica, puis avec les travailleurs de la Seat dans la banlieue de Barcelone, déjeuner avec les responsables syndicaux de la région puis nouvelle rencontre cette fois dans une usine textile avant quelques interviews et le meeting du soir. Pendant toute cette journée, Marcelino a peu parlé ne s’exprimant que le soir lors du meeting. « Il faut savoir écouter », disait-il. Chaque semaine ou presque, il fuyait le bureau pour aller au contact des salariés.

Marcelino Camacho est mort il y a quelques jours à Madrid. Il avait quitté depuis plusieurs années ses responsabilités. « Je suis, je reste communiste et militant syndicaliste », clamait-il. Un homme droit, courageux, brillant organisateur, d’une intelligence pétillante qui a marqué la lutte contre la dictature et la défense des travailleurs vient de disparaître. Comme Pasionaria, il restera gravé dans la mémoire espagnole.  

José Fort

 

 

 

 

Repost 0
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 13:36

Pour DiversesCités

Les Amériques viennent de connaître deux événements : au Sud, l’élection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil avec 56% des voix qui succédera à Luiz Ignacio Lula da Silva au mois de janvier prochain, et au Nord, le revers électoral subi par Barack Obama lors du scrutin dit de mi-mandat. Au Brésil, le weekend dernier, une majorité d’électeurs ont exprimé leur joie même si certains craignent une possible « dérive » au nom de la crise tandis que mercredi aux Etats-Unis, les pires forces réactionnaires  et racistes hurlaient leur satisfaction de la « raclée » qu’ils venaient de donner à Barack Obama et au parti démocrate qui perd la majorité à la Chambre des représentants et se maintient tout juste au Sénat. Les trois prochaines années risquent d’être mouvementées pour l’actuel locataire de la Maison blanche.

Nous avons dans ces colonnes  - et cela nous a été parfois reproché - salué avec enthousiasme la personnalité et les promesses de Barak Obama, applaudi aux changements annoncés avec son arrivée au pouvoir après les calamiteuses  années Bush (père et fils), espéré voir naître enfin des Etats-Unis mains tendus au plus défavorisés, tolérant avec le monde, jouant un rôle émancipateur.

Pourquoi, deux ans et demi après, une telle déconfiture électorale ? La raison tient en quatre facteurs : les électeurs noirs, jeunes, citadins  et de la classe moyenne ont souvent déserté le vote démocrate en se réfugiant dans l’abstention ouvrant ainsi grandes les portes à l’électorat le plus rétrograde et surtout ignorant. Des jeunes de Chigago, par exemple, le fief d’Obama raflé par les républicains,  ne sont pas allés déposer leurs bulletins de vote préférant rester chez eux. «Je suis déçu, déclarait il y a quelques jours sur une radio un étudiant ce cette ville. Il y a deux ans et demi devant mon téléviseur avec des copains je hurlais ma joie en voyant Barack Obama prêtant serment le jour de son investiture. Pour quel résultat ? Nos conditions de vie n’ont pas changé, elles se sont aggravées… »

C’est vrai. Barak Obama a dû s’affronter aux lobbies, aux multinationales (pharmaceutiques, par exemple dans le cas de l’aide médicale aux plus pauvres), aux pressions diverses visant à atténuer son action. Mais en passant des compromis avec ses adversaires, il a laissé sur le bord de la route beaucoup de ceux qui lui avaient fait confiance. Quelques chiffres confirment cette dure réalité.

Selon Arianna Huffigton, écrivaine et polémiste renommée interrogée par  Annick Cojean  dans « Le Monde magazine », cent millions d’Américains vivent avec des revenus inférieurs à ceux de leurs parents au même âge. La classe moyenne sur laquelle a reposé l’essor économique de ce pays est une espèce en voie de disparition. »

Mme Huffigton dresse un  bilan bien éloigné le « l’exemple américain ». 8,4 millions d’emplois perdus depuis la fin 2007, un Américain sur 5 sans emploi ou sous-employé, un sur 8 vivant de bons alimentaires, un crédit sur cinq menant à la saisie, coupes claires dans les services vitaux pour les plus faibles dans de nombreux Etats, 30% des lycéens quittant l’école sans diplôme… Pour Mme Huffington « Obama a raté son moment, il n’a pas osé. Il n’a pas su faire preuve de l’audace, de l’indépendance et du charisme d’un Roosevelt qui, en pleine dépression, avait lancé un programme de travaux gigantesques dont les bénéfices se ressentent encore aujourd’hui. Pour des dizaines de millions d’Américains, le rêve est brisé.  Le principe fondateur, « un homme, une voix », a été remplacé par l’arithmétique de la politique des groupes d’intérêts. Les lobbies et leur déluge de dollars ont envahi Washington. Une vraie prise de pouvoir. Le gouvernement fixe ses priorités au milieu de ce bazar de trafic d’influence. »

Pour de nombreux Américains la peur du déclin cède souvent à la colère laquelle se retourne contre Obama, véritable bouc émissaire. Des petits partis d’extrême droite font leur beurre sur cette désillusion. Ils rentreront vite dans la grande maison républicaine.

Le vote des Américains se fonde toujours sur les questions économiques internes. Les affaires du monde n’intéressent que la frange cultivée de la population. Or, Obama n’a pas réussi aussi ses paris internationaux. Aucun résultat dans les négociations israélo-palestiniennes, embourbement en Afghanistan, poursuite des tueries en Irak…

Quel l’avenir pour Obama? Deux possibilités s’offrent à lui : continuer à composer avec les lobbies, les multinationales, le camp républicain ou mettre en application ses promesses électorales. S’Il choisit la première hypothèse et ne sait pas retrouver l’enthousiasme de 2007, il y a fort à parier que sa réélection est compromise.

José Fort

 

 

 

Repost 0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 11:48

 

Le nouveau premier ministre conservateur, David Cameron y va à la hache sociale. Pire que Mme Thatcher. Il vient de présenter son programme « d’austérité juste » pour les quatre prochaines années. « Juste » parce que la dotation royale est légèrement à la baisse et que les ministres sont priés de restreindre leurs dépenses. L’essentiel est dans une attaque en règle contre l’aide sociale, le logement, les services publics.

500.000 postes de fonctionnaires seront supprimés d’ici 2015. Selon plusieurs économistes britanniques, près d’un million d’emplois sont menacés à moyen terme. Les budgets pour l’éducation primaire et secondaire reculent de près de 4%, l’éducation supérieure connaissant le même sort avec en prime le doublement des frais d’inscription universitaire. Tandis que l’âge de la retraite des fonctionnaires passera à 66 ans en 2020 ce sont les aides sociales et les retraites qui vont être rognées à l’extrême. Certains accompagnements financiers comme l’aide à l’handicap risquent dans certains cas d’être tout simplement annulés tandis qu’il est prévu concernant les retraites (les chiffres n’ont pas été rendus publics), une baisse des pensions et une augmentation des contributions. Enfin, les nouveaux loyers HLM seront augmentés pour s’établir à 80% du niveau du secteur privé.

La pilule est amère. Le plan britannique intervient après ceux adoptés en Grèce, en Espagne et au Portugal. Dans ces trois derniers pays, la réaction des syndicats et des salariés a été forte et l’on se demande quelle sera la réaction des syndicats britanniques. La politique ultralibérale se met en place dans l’ensemble de l’Europe dans des pays dotés de gouvernements de droite ou sociaux démocrates. L’heure est à la résistance européenne.

José Fort

 

 

 

Repost 0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 17:28

 

Les trente trois mineurs de la mine San José au nord du Chili sortis des entrailles de la terre sont rentrés chez eux après un court séjour à l’hôpital.  Le monde entier a pu assister en direct à leur sauvetage mis en scène comme une véritable émission télévisée de reality show. 2000 journalistes venus du monde entier ont « couvert » l’événement.  Le président  de droite, le milliardaire et ancien proche de Pinochet, Sebastian Pinera, aurait gagné dix points lors du dernier sondage avant de démarrer un voyage officiel en Europe. L’affaire est bouclée. Et pourtant.

Rien où presque n’a été dit sur l’insécurité régnant dans les 277 des 300 mines de la région d’Autofugasta, sur l’attitude des patrons de la mine de San José fermée en 2005 et qui, lors de sa réouverture en 2009, n’avaient  pas remis les installations aux normes de sécurité, sur le fait que le Chili n’est pas signataire de la convention de l’Organisation internationale du travail (OIT) concernant la santé et la sécurité dans les mines. On a fait vibrer, pleurer les opinions publiques  sans piper mot d’un scandale  disqualifiant la plupart des officiels et des patrons omniprésents devant les caméras. Quant au tremblement de terre du mois d’août dernier, il est passé aux oubliettes. Or, le gouvernement chilien n’a pas tenu ses promesses d’aide aux milliers de sinistrés qui survivent dans les pires conditions. Pas de quoi, il est vrai, exciter les télévisions.

José Fort

Repost 0
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 11:24

 

Après leur déroute électorale, les travaillistes britanniques étaient à la recherche d’un nouveau chef. C’est fait. Ed Miliband, 40 ans, a emporté  la direction du parti travailliste avec 50,65% des voix contre 49,35% pour son frère David, 45 ans. On dit Ed « plus à gauche » que son aîné, ce qui expliquerait le vote des représentants des syndicats membres du Labour.

Ed de gauche ? A voir. Le jeune homme a déjà roulé sa bosse. Il a écrit les discours de Gordon Brown  dont il a été conseiller en 1997 et a occupé le poste de ministre de l’Energie en 2008. C’est dire son alignement total sur la politique de son patron. Aujourd’hui, il affirme vouloir tourner la page du blairisme, jugé trop à droite, comme si Gordon Brown et donc Ed en personne avaient mené une autre politique depuis le départ du « caniche » (Blair) de George Bush.

En fait, et comme après chaque défaite électorale, le parti travailliste tente de récupérer sa base électorale  traditionnelle : le monde ouvrier et les classes moyennes. Ed, fils de parents juifs polonais, le père Ralph Miliband serait un intellectuel marxiste reconnu, a paraît-il du talent. Cela sera-t-il suffisant pour combattre la politique ultralibérale qui fait tant de ravages en Grande-Bretagne ?

José Fort

Repost 0
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 11:03

pour DiversesCités 

Je vous avais raconté, il y a trois ans, la « honte » exprimée par une amie nord-américaine de passage à Paris lorsque nous évoquions George Bush fils, sa politique, son comportement, ses folies. « J’ai honte de dire que je suis américaine », nous disait-elle espérant un changement « salutaire pour les Etats-Unis et le monde. » Cette fois, les rôles sont inversés.

C’est la France qui fait « honte », où plutôt le président  qu’elle s’est choisie en 2007. Trois mois seulement après l’élection présidentielle, Anicet Lepors, ancien  ministre de la Fonction publique concluait un de ses articles ainsi : «Tout cela finira mal ».

La France connaît une des plus déplorables et dangereuses périodes de son histoire. De Gaulle symbolisait l’indépendance et la « grandeur » de la France, Pompidou la modernité, Giscard une aristocratie éclairée, Mitterrand la culture, Chirac les valeurs républicaines. Avec  Sarkozy, c’est la misère intellectuelle qui a fait son entrée à l’Elysée accompagnée des grandes fortunes du pays se précipitant sur le gâteau. Dans le monde entier, la presse se moque de Sarkozy  traité de « menteur » ou de « faiseur », les principaux dirigeants européens ne le supportent plus. Rien d’étonnant que de découvrir le dernier sondage selon lequel deux Français sur trois estiment que « l’image de la France est dégradée ».

Le pouvoir en place s’attaque aux retraites, à l’assurance maladie, à tous les acquis sociaux, montre son véritable visage xénophobe, baigne dans les scandales. Tout semble annoncer une fin de règne putride qui, méfions-nous, pourrait déboucher sur des perspectives inquiétantes. Raison de plus pour la gauche de proposer une véritable alternative  progressiste aux Français. Il en va de l’avenir du pays et de son prestige dans le monde.

José Fort

Repost 0
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 18:01

 

Pour DiversesCités

Le  mouvement social en France n’est pas isolé. Les politiques mises en place au nom de l’action pour réduire la dette publique et les réformes concernant la retraite provoquent dans de nombreux pays européens de vives réactions. Dernière mobilisation annoncée : la grève générale en Espagne le 29 septembre contre la réforme du marché du travail.

Pour réaliser les « économies » exigées par Bruxelles, le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero a fait adopter une série de mesures socialement dévastatrices. Alors que le chômage s’élève à plus de 20%,  la nouvelle loi va faciliter les conditions et les coûts des licenciements. La période d’allocation passera de 90 à 30 jours. Le nombre de bénéficiaires de l’aide mensuelle de 426 euros aux chômeurs en fin de droit sera revu à la baisse et les 30- 45 ans sans enfants en seront exclus. Le gouvernement socialiste de M. Zapatero « rompt avec le consensus des alliances sociales et s’installe dans un modèle néolibéral », a déclaré le représentant de la gauche- verte  catalane, Jordi Guillot. Prochaine étape pour le gouvernement espagnol : l’allongement de la durée du travail jusqu’à 67 ans.

Des mouvements sociaux sont annoncés au Portugal, en Italie, en Lettonie, en Lituanie, en République tchèque, en Pologne. La Confédération européenne des syndicats attend plus de 100.000 représentants des salariés du continent le 27 septembre lors d’une manifestation à Bruxelles.

L’heure n’est pas au soulèvement européen contre le néolibéralisme mais plusieurs signes semblent indiquer que la colère monte sur l’ensemble du continent.

José Fort

 

 

Repost 0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 10:42

Pour Vie Nouvelle

 

Chapo

 

Les Nations unies devraient jouer un rôle moteur dans le règlement des conflits, dans l’aide aux victimes des grandes catastrophes,  dans la construction d’un monde apaisé. Les grandes puissances contrôlent toutes les décisions de l’ONU marginalisant la majorité des pays de la planète. Et on  continue les atrocités dans le monde…

 

Texte

Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, la création de l’ONU comme instrument pour gérer les conflits était une source d’espoir. La désillusion fut rapide. Le rapport des forces entre les deux superpuissances de l’époque, les Etats-Unis et l’URSS, bloquait toute évolution tandis que le Conseil de sécurité toujours composé de cinq membres permanents (Etats-Unis, Russie, Grande-Bretagne, France, Chine) dispose du droit de veto. Israël peut bombarder Gaza, les Etats-Unis utilisent leur droit de véto contre toute tentative de condamner Tel Aviv ; la tragédie tchéchène peut perdurer, Moscou interdit à l’ONU de s’en mêler comme Pékin le fait pour sa chasse gardée. La France et la Grande-Bretagne avait pratiqué de la même manière lors de la guerre d’Algérie et de l’Irlande.

 Comme le souligne «  le Journal des Alternatives »,  « le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui est énormément polarisé. L’hégémonie américaine est sans partage (…) On  peut se demander si une réforme de l’ONU comme par exemple l’élargissement du Conseil de sécurité serait suffisante pour rééquilibrer les forces au niveau mondial. »

Les membres permanents du Conseil de sécurité dans leur grande largesse ne seraient pas hostiles à l’entrée de deux puissances africaine et latino-américaine : l’Afrique du sud et le Brésil. Et puis ? Rien. Les deux cents pays membres de l’organisation continueront une fois chaque année, lors de l’Assemblée générale, de dire quelques mots dans l’indifférence générale. En fait, depuis le tournant libéral des années 1980, ce sont les structures comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international sur directives des sommets G8 et G20 qui régentent les affaires du monde.

L’Onu, malgré toutes les difficultés, a encore un rôle à jouer. La Charte de l’ONU, la Déclaration universelle des droits humains et d’autres documents fondamentaux restent des références essentielles. Malheureusement, l’ONU n’est pas le véritable lieu où sont prises les vraies décisions. Alors quoi ?

Une véritable réforme passe par la démocratisation des Nations unies ce qui suppose le droit à la parole et à la prise de décision pour tous les pays. Un système, il est vrai, difficile à mettre en place mais comment faire autrement ? «Le Journal des Alternatives » rappelle qu’il ne faut pas oublier la déclaration initiale de l’ONU,  « Nous les peuples ».

Dans leur immense majorité les peuples rejettent aujourd’hui les politiques néolibérales. Ils souhaitent que les responsables d’atrocités soient sanctionnés et que les droits humains passent avant la compétitivité libérale. Ils considèrent de plus en plus nombreux que les aliments, l’eau, l’air, l’éducation, la santé, le logement ne sont pas des marchandises. En fait, l’appel de l’ONU de 1948 est devenu le drapeau des mouvements sociaux et des ONG. L’heure est donc venue d’exiger des puissants de la planète une véritable réforme et la démocratisation de l’ONU.

José Fort

Repost 0
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 09:54

 

 

Par José Fort (pour DiversesCités)

 

Les inondations survenues au Pakistan ont provoqué des milliers de morts et vingt millions de déplacés. Une masse humaine hagarde erre sur les routes à la recherche d’un abri. Aujourd’hui, c’est la famine, les maladies, notamment le choléra, qui, selon Médecins du Monde, menacent ces populations.

Les images ont fait le tour du monde. Avez-vous noté une grande émotion dans l’opinion publique internationale et parmi les gouvernants ? Certains évoquent l’indifférence dont l’exemple vient de haut puisque qu’au plus fort de la catastrophe le président pakistanais poursuivait un voyage dans les plus grands palaces du monde. Quant au gouvernement français, il s’est fendu d’un chèque de… quatre millions d’euros alors que le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon reconnait que les fonds recueillis auprès des Etats membres restent extrêmement faibles. Pourquoi un tel désintérêt ?

Le peuple pakistanais paie au prix fort la corruption, le despotisme, les plans machiavéliques des dirigeants et chefs militaires toutes tendances confondues. Ces derniers mènent grand train de vie, maintiennent des relations privilégiées avec les différentes administrations nord-américaines et, dans le même temps, protègent les talibans. Ils jouent sur tous les tableaux plus préoccupés de leurs  plans stratégiques que du sort de leur population. Pour eux, vingt millions d’hommes, de femmes, d’enfants, de vieillards abandonnés ne constituent pas une priorité. Cette attitude relève de non assistance à population en danger de mort.

Ce drame révèle l’incapacité de l’ONU à affronter une telle catastrophe. Et ce n’est pas l’organisation des Nations unies qui est  responsable mais les grandes puissances membres du Conseil de sécurité, les véritables décideurs. Ils ne se pressent pas, envoient des « missions de repérage » alors qu’il ne faut pas être un spécialiste pour repérer les besoins immédiats : des hélicoptères gros porteurs, des engins de levage, des bulldozers, des camions et autres véhicules tout terrain, la création d’un aéroport provisoire pour faciliter la distribution de l’aide alimentaire, des spécialistes des digues pour empêcher de nouvelles inondations, des professionnels de la logistique…

Rien n’est fait. Pendant ce temps, les organisations extrémistes distribuent ici un peu de riz, là de l’eau potable. « Ce sont les seuls venus nous aider », clamait une femme l’autre jour à la télévision. Le terreau est prêt pour l’éclosion de nouveaux « terroristes ».

 

 

 

Repost 0

Présentation

Recherche

Articles Récents

Liens